Concilier travail et études

L’université, au Québec, c’est vraiment pas très cher, entre vous et moi. Néanmoins, nous sommes toujours loin de la gratuité scolaire et la facture peut nous alourdir le moral à chaque début de session.

Si certains ont la chance d’avoir leurs cours tout frais payés par papa-maman, d’autres ont parfois du mal à joindre les deux bouts. Devant ce constat, on n’a pas vraiment le choix de travailler, mais il faut garder en tête que trop de travail peut au final être fort néfaste pour étudier convenablement. Quelques astuces pour bien gérer le métier d’étudiant et le métier tout court.

0. Reste organisé

L’organisation est certainement ton meilleur ami dans la conciliation travail-étude, et ce avant toute autre chose. Rationaliser ton temps permet d’en perdre moins, afin de l’investir ailleurs. Garder les pendules à l’heure (!), par exemple en tenant un agenda serré, te permettra d’errer moins longtemps. Planifie tes périodes d’étude, fais-toi des listes de tâches à faire, bref, vainc la procrastination simplement en étant méthodique. Moi, ça m’a sauvé.

1. Maximum 20 heures!

Selon une étude toute récente (2013), il semblerait que travailler au-delà de 20h commence à nuire aux études. Cela devient vraiment critique lorsque l’on dépasse 30h, où 70% des gens travaillant à un tel rythme ne finiront pas leurs études. Il est quand même à noter que travailler un peu n’est non seulement pas nuisible, mais bénéfique. Le taux de diplomation des étudiants travaillant entre 1h et 20h est plus élevé que ceux ne travaillant pas du tout. C’est à croire que travailler donne envie d’étudier… Ou simplement que, sans travail, pas d’argent; sans argent, pas d’études…

2. Cherche ta bourse

Si l’argent ne rentre toujours pas de façon satisfaisante après 20h (au salaire minimum, par exemple), plusieurs options s’offrent à toi. Évidemment, le programme de prêts et bourses du gouvernement du Québec offre une aide plutôt généreuse, mais il existe aussi d’autres bourses, répertoriées sur le site du Bureau des bourses d’études. Tu peux aussi chercher un emploi sur le campus, mieux payé et mieux situé. En plus, si tu es admissible au Programme études travail, on sera ravi de t’employer!

3. Minimiser ses dépenses…

Parfois, le problème n’est tout simplement pas l’entrée, mais la sortie. Apprends à gérer ton argent et à réduire tes dépenses. Un mode de vie trop dépensier mène indubitablement à travailler plus, ce qui entraîne plus de stress, que l’on tente de réduire en consommant… Un bon vieux cercle vicieux qui devrait être coupé dès maintenant. Pourquoi ne pas travailler moins, pour passer plus de temps à relaxer, notamment en faisant des activités gratuites? Consommer toujours plus de bébelles n’aidera pas non plus à étudier. Bref, découvre un mode de vie minimaliste.

Les 5 « R » du zéro déchet.

Je te l’accorde, certaines dépenses ne s’éliminent pas. On doit manger, se loger, se vêtir, se divertir (ouioui, les étudiants aussi ont un droit au divertissement!). Alors, devant l’inévitable, mieux vaut chercher le meilleur prix. Sur le campus même, tu peux manger des légumes pour moins cher, avec les paniers économiques, et même faire une bonne partie de ton épicerie avec En vrac : économie et écologie. En joignant l’utile à l’agréable, tu dépenses moins tout en réduisant ton empreinte écologique.

4. Engage-toi!

Une fois le temps de travail réduit, de même que les dépenses, il te reste désormais du temps LIBRE. Pourquoi ne pas l’investir dans ta communauté, à l’université ou dans ton quartier? Le bénévolat, s’il n’a pas de valeur monétaire immédiate, te fera découvrir de nouvelles choses, comme les endroits où dénicher de la bouffe gratuite, où te vêtir pour moins cher, etc. Si le bénévolat n’est pas payé, c’est qu’il est payant en avantages.

Note pour l’étudiant.e aguerri.e : Wow! Tu as lu jusqu’ici? D’une part, merci de ton intérêt 🙂 . D’autre part, n’hésite surtout pas à cliquer sur tous les petits liens insérés dans l’article. Ils mènent tous vers un site internet qui pourrait t’aider d’une manière ou d’une autre. Bonne session!

The following two tabs change content below.
Marc-Antoine

Marc-Antoine

Baccalauréat en droit

Je suis de ceux qui trouvent la question plus intéressante que la réponse, mais rassurez-vous, je n’embête généralement pas mes pairs avec ça! Adepte du zéro déchet, de politique engagée et de plein-air, je me garde une passion secrète pour les langues et la physique. Piètre danseur et modeste orateur, c’est l’écriture que je préfère. Si je suis parfois atteint d’ochlophobie, je ne reste pas moins un être chaleureux qui, plus que parler, aime écouter.

T’en penses quoi?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *