Survivre au déménagement

4 minutes de lecture

Alors que quelques-uns me regardent en léchant leur crème glacée, que j’entends les enfants du camp de jour chanter leurs chansons, j’ai décidé de quitter le nid maternel pour avoir – enfin – mon humble chez-moi. Si la promesse de liberté paraît alléchante, je lève quand même les yeux au ciel en m’apercevant que le meuble fait trois centimètres de plus que la cadre de porte, et que je devrai passer par l’arrière. Parmi tous ces déboires qu’apporte le déménagement, je me demande surtout : POURQUOI DIABLE LE PREMIER JUILLET?

Alors qu’il fait très chaud et que le soleil tape, que je bois un litre d’eau toutes les heures et que mon désir le plus profond serait de faire un « ice-bucket challenge », pourquoi faut-il déménager en cette date précise? L’idée paraît d’autant plus saugrenue que je pourrais aller dans les rues pour profiter des activités du 150naire du Canada, mon beau pays. Les mauvaises langues diront certainement que c’est par patriotisme que le Québec en entier déménage lors de la fête canadienne, mais je préfère me dire qu’il s’agit d’une pure coïncidence, afin d’éviter de me faire des ennemis. N’empêche, mon principal souci demeure le temps effroyable qu’il fait chaque année. N’aurions-nous pas pu choisir une date plus fraîche?

Mon laïus étant terminé, il est maintenant temps pour moi de donner quelques conseils à l’étudiant.e déménageur.e aguerri.e.

Règle numéro 1 : pas obligé.es de faire ça le 1er !

Haha! Je vous ai bien eu n’est-ce pas? Le 1er juillet fonctionne avec l’offre et la demande. Il suffit de faire un tour des compagnies de déménagement pour s’apercevoir que les prix grimpent le 1er et s’effondrent à partir du 6 ou 7 juillet. Alors, si vous arrivez à Montréal, ou que vous restez encore chez vos parents, ça vaut bien la peine de décaler de quelques jours votre déménagement. Vous pourrez du même coup en profiter pour passer un bon coup de balai, pour appliquer une ou deux couches de peinture et pour profiter du soleil. En plus, si vos amis déménagent le 1er, ou s’arrangent pour faire ça une autre date, vous pourriez leur prêter un coup de main en échange du leur. Alors qu’au contraire, à tous déménager en même temps, on ne peut aider personne…

Pssst! Tu n’as pas encore de logement? Va voir le post-scriptum!

Règle numéro 2 : faites des boîtes.

Bien évidemment, je ne vous pensais pas assez stupides pour tout déménager objet par objet. Néanmoins, les boîtes sont à faire de façon méticuleuse. Identifiez-les, ça vous évitera de les ouvrir toutes. Classez les items par pièce de destination, et non par catégorie. Une fois dans votre nouveau chez-vous, vous pourrez déposer directement dans le salon la boîte appropriée, et faire de même dans la cuisine, par exemple.

Règle numéro 3 : faites du troc.

Pourquoi ne pas profiter d’un déménagement pour se débarrasser de l’inutile? Si vous n’utilisiez pas un objet dans votre précédente maison, il y a fort à parier qu’il ne vous sera pas plus utile dans votre nouvelle demeure… Au lieu de tout jeter à la rue, organisez une vente de garage à la fin juin! Vous récolterez ainsi une petite cagnotte qui pourrait vous rembourser vos déménageur… Ensuite, au lieu d’acheter neuf, parcourez les ventes de garage d’autres gens qui auraient eu la même idée que vous (ou qui auraient eux aussi lu mon article…).

Bon, je vais moi-même faire mes boîtes, alors on se voit pour la pendaison de crémaillère!

Note pour l’étudiant.e aguerri.e : il existe aussi des déménageurs à vélo! À Montréal, ça ne prend guère plus de temps qu’en camion (c’est peut-être même plus rapide). C’est moins cher et plus écologique, on y gagne de toute part!

P.s. : tu n’as pas encore de logement? Comme je le disais, ce n’est pas grave, car tu n’es pas obligé.e de déménager le premier juillet. Les bails peuvent très bien commencer en août, en septembre ou en février! Aussi, plusieurs sites et ressources sont mis à ta disposition : le site du logement hors campus de l’UdeM, les activités de la semaine d’accueil (comme un speed-dating de colocation, par exemple), et des sites comme Kijiji. N’hésite pas à utiliser tes méninges et tes contacts pour te trouver le logement de tes rêves (ou le logement parfait, c’est selon).

The following two tabs change content below.
Marc-Antoine

Marc-Antoine

J’ai cette tendance à écrire de long en large, ce qui témoigne sûrement du poète qui sommeille en moi. Un poète international, cela dit, ne pouvant s’empêcher de le montrer. Si j’use de beaucoup de mots, ce n’est que pour mieux me défendre, et je garde toujours en tête ces phrases : fais ce que tu dis; dis ce que tu penses; pense avec raison. Sur cette touche philosophique, mon Yin serait la patience, mon Yang l’impulsivité.
Marc-Antoine

Derniers articles par Marc-Antoine (voir tous)

Il n'y a pas de commentaire

Écrire un commentaire