Comment trouver un job étudiant après les examens d’avril ? | Les Roger - Le blogue des étudiants de l'UdeM

Comment trouver un job étudiant après les examens d’avril ?

3 minutes de lecture

Voici venue la saison d’appliquer pour un job d’été. C’est l’occasion de te faire un peu d’argent pour réaliser tes projets de vacances !

C’est la fin de session, tu songes depuis des mois à l’été de folie que tu vas passer, mais… il te faut du financement. Trouver un petit job avant de décoller pour une session de farniente, c’est pas si dur. Outre le besoin monétaire, l’expérience acquise te permettra même d’ajouter quelques lignes à ton CV ! L’atout ultime, c’est que tu as le droit à l’erreur. Ce n’est pas à cause d’une chute de verres que tout ton plan de carrière est à revoir.

Voici un petit guide-rappel des chemins qui te mènent à la trouvaille du travail ! Parce que non, un pigeon voyageur ne t’apportera pas soudainement un contrat d’embauche. Il faut quand même effectuer une (micro) démarche de recherche. #Sorry

Ton réseau

C’est clairement le moment de faire « jouer tes relations », de parler à tes proches de ton projet de dénicher un p’tit job. Certes, le réseau est comme une solution facile, mais tant que tu n’utilises pas d’armes pour que ton employé accepte, c’est qu’il croit en toi. La mission est donc d’être à la hauteur.

Combo : CV + timing

Trouver un petit travail, c’est souvent une question de timing. Alors quitte à croiser quelques regards intrigués, pourquoi ne pas garder quelques exemplaires de ton CV dans ton sac ? Imaginons que tu sympathises avec le vendeur de smoothies de ton quartier, il te parle d’une place qui se libère à la fin du mois… Là, zbam, tu dégaines ton papier.

Tu as compris, ça marche aussi dans la situation où tu te balades dans la rue et que soudainement, tu vois une annonce dans une boutique de souliers vintage. Ou de [insérer ici la catégorie désirée].

Commerces de proximité

Tu peux aussi profiter de ces touristes qui t’agacent habituellement dans le métro. Non, pas en revendant leurs valises oubliées sur le marché noir… Montréal est une ville beaucoup visitée l’été, ce qui signifie un besoin accru de travailleurs au sein des commerces locaux. Poser ta candidature dans les services attirant les foules pourrait être un bon deal !

Internet

La webosphère est aussi une bonne piste même s’il n’y pas de contact direct, ce qui peut en gêner certains. D’innombrables groupes Facebook proposent d’entrer en contact avec des employeurs tandis que des agences publient également leurs annonces sur leur page. Pense aussi à guetter les sites recensant les emplois saisonniers. Utilisons les pépites que le XXIème nous apporte.

L’uni 

Enfin, tu bénéficies de 4 mois de vacances car tu es à l’université, alors exploite les ressources qui te sont proposées. Par exemple, certaines agences tiennent des kiosques au 2ème étage du pavillon 3200, rue Jean-Brillant, pendant la pause du lunch. (Là, on n’est pas loin du pigeon voyageur qui t’apporte une offre, pas si mal !) Ou mène ton enquête sur le site du CESAR pour connaître les jobs du moment. Tu peux aussi bénéficier de formations pour améliorer ton CV !

Arme toi de copies de ton cher curriculum vitae, d’audace et de persévérance. N’oublie pas que même si tu es en pleine prospection, tu es un être humain qui a le privilège de refuser des offres qui ne t’inspirent que méfiance, peur ou dégoût. A l’inverse, l’envie de ne pas mettre de réveil en été n’est pas un motif valable pour refuser une offre. Il faut conserver un peu de réalisme et vivre/entretenir une île paradisiaque tous frais payés avec ta gang… C’est une offre de post FB en manque de cliques.

A toi la fortune extrême et l’expérience gratifiante !

SOS étudiant fauché recherche job bien payé, sans obligation de présence et au soleil. SVP. | Les Roger - Le blogue des étudiants de l'UdeM
SOS étudiant fauché recherche job bien payé, sans obligation de présence et au soleil. SVP. | Les Roger - Le blogue des étudiants de l'UdeM
The following two tabs change content below.
Éloïse

Éloïse

Malgré un sens de l’orientation déplorable, me voici jeune Française en immersion à Montréal. Mon entrée à l’université est rythmée depuis par des joies (et catastrophes) de l’autonomie, réflexions sur le monde qui nous entoure, mokaccino, procrastination, rencontres marquantes, expériences culinaires, goût pour l’ironie ou encore tendance à rire trop facilement… Bref, je m’implique dans cette expérience québécoise avec intérêt, alimentant (mon cell en photographies) un perpétuel débat interne pour concilier sérieux scolaire et party étudiant.
Éloïse

Derniers articles par Éloïse (voir tous)

Il n'y a pas de commentaire

Écrire un commentaire