Un Noël cosmopolite !

Difficile de ne pas le remarquer : l’Université de Montréal est une université cosmopolite qui regroupe des citoyens de tous les continents de notre chère planète bleue. Si la fin de session rime avec Fêtes de Noël, c’est également dans ce secteur que se démarquent les différents regroupements culturels de l’Université !

J’ai fait quelques recherches pour savoir la façon dont on fête Noël chez nos collègues arméniens, haïtiens, français et asiatiques. Sans rentrer dans l’exhaustivité de leur célébration, je te propose un tour du monde, plus rapide que le Père Noël, dans les fêtes des étudiants de l’Université de Montréal.

©Marina Khrapova

En Arménie

Les Arméniens fêtent curieusement Noël, dans leur tradition, à une date bien éloignée du reste du monde occidental : le 6 janvier. En fait, cette date est considérée par beaucoup comme la vraie date de naissance du petit Jésus. Si beaucoup se sont adaptés au 25 décembre avec les décisions du Vatican, les Arméniens ont fait front ! Noël se fêtera bien le 6 janvier. Cette période est surtout un temps de rassemblement familial où, après avoir été célébré les messes à l’église, on se regroupe autour de grandes tables en mangeant riz, fruits secs, poisson et en buvant un bon verre de vin rouge !

Toutefois, les nombreux arméniens de la diaspora n’ont pas la chance de toujours jouir d’un jour férié le 6 janvier. Au Canada, la diaspora s’est donc formatée au 25 décembre pour célébrer Noël. L’esprit de la tradition, lui, ne change pas !

En France

Moi qui viens de Metz, dans l’Est, j’ai été bercé par de grandes célébrations à l’allemande qui, en fait, commence dès le 6 décembre avec la Saint-Nicolas. C’est la première étape d’un long mois de fêtes. En bons chrétiens, les français fêtent Noël le 25 décembre – même si bien souvent les cadeaux sont déballés et les festivités démarrent dès le 24 décembre en soirée avec de larges repas de familles. Certains sont chanceux : on fête aussi le 26 décembre en Alsace-Moselle qui profitent d’un jour férié supplémentaire.

Avant cette date, les marchés de Noël ont fait leur travail : celui de la fête joyeuse, de la gourmandise et des jouets en bois. C’est l’occasion de retrouver ses amis ou sa famille autour d’un bon verre de vin chaud ou de jus de pommes chaud. J’y ai testé une poutine, une fois, ça par contre c’était raté !

©Maxppp

En Haïti

Le sapin de Noël haïtien a plutôt l’apparence d’un palmier. En fait, c’est un palmier ! Sur le bord de mer ou chez soi, les Haïtiens sont de fervents chrétiens qui apprécient fêter la naissance du Christ. Elle est l’occasion de retrouver toute la famille chez soi, et de s’échanger quelques présents en guise de reconnaissance, d’amour et de fortune. Le climat tropical oblige par contre le Père Noël, ou Tonton Noël comme on peut l’appeler là-bas, à passer par la porte plutôt que la cheminée. Point important des fêtes en Haïti : on chante beaucoup !

La tradition, c’est surtout le fanal. Il s’agit d’une structure formée de carton et d’ampoules que l’on pose près du sapin de Noël. Le fanal retrace l’architecture des églises, cathédrales et maisons de campagne. Ces maisonnettes accompagnent toute célébration de Noël en Haïti et, si jamais vous êtes de passage là-bas, il y a fort à parier qu’un fanal ne soit pas loin.

Un exemple de fanal, ©Haïti Friends

En Chine

On s’envole de l’autre côté du Pacifique, depuis Port-au-Prince, direction Pékin ! Et la situation change du tout au tout. Les Chinois sont très centrés sur leurs propres fêtes traditionnelles mais, depuis quelques années, ils semblent s’intéresser au gros barbu rouge. Depuis la capitale chinoise, surtout dans les quartiers où vivent les expatriés, la culture de Noël s’est déployée dans toute la Chine. Les familles riches et aisées plébiscitent désormais cette fête au point que les supermarchés importent dindes, marrons, fois-gras, déguisements et boules de Noël.

Toutefois, on comprend que c’est une fête qui est surtout consacrée au 25 décembre, et qui ne rassemble pas forcément toute la nation chinoise autour d’un mois consacré à la fête, ce qui peut se comprendre puisque le christianisme n’est pas intensivement représenté dans ce pays.

Cadeau de Noël : une recette traditionnelle québécoise

Puisque c’est le temps du calendrier de l’Avent, permet-moi de te faire un cadeau au nom de toute l’équipe. Je voudrai te partager une recette traditionnelle que les Québécois cuisinent à Noël : la tourtière du Lac-Saint-Jean. À base de viande hachée, ce plat ravit les papilles d’un bon nombre d’habitants de la Belle Province. Bouillon, morceaux de pommes de terre, viande hachée, le tout recouvert d’une bonne et épaisse pâte. Il n’y a aucun risque de prendre froid cet hiver avec ce genre de plat dans l’estomac.

Et comme mes talents pour expliquer une recette de cuisine pourraient te faire tout rater, je préfère te renvoyer vers l’ami Ricardo (au fond, notre Jésus-Christ à tous) pour que tu puisses profiter d’une bonne tourtière cet hiver !

Joyeuses Fêtes !

The following two tabs change content below.

Tristan

🇲🇫 « Ma patrie, c’est la langue française ».

🌿 Je m’engage dans la philanthropie.

🍷 J’ai un faible pour l’œnologie.

🖋 J’étudie les relations internationales.

T’en penses quoi?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *