Activités d’accueil : j’y vais ou pas?

En juillet, il y en a qui travaillent, il y en a qui se dorent la pilule sur une plage de Cuba, d’autres qui se couchent trop tard, et d’autres qui essaient avec difficulté de faire les trois en même temps. Comme un été…

Mais l’été passe vite, et bientôt ta scolarité redeviendra un sujet de conversation (pour le meilleur et pour le pire).

Si c’est ta première année à l’université, tu t’apprêtes à découvrir tout un nouveau monde qui sera bientôt le tien.
Qui dit rentrée dit Semaine d’accueil, et dit aussi activités d’accueil associatives. C’est quoi la différence? D’abord, la Semaine d’accueil est organisée par l’Université, notamment par l’Accueil et le soutien aux nouveaux étudiants (ASNE), dont tu pourras croiser les ambassadeurs et ambassadrices tout au long du mois de septembre, un peu partout sur le campus.

Ensuite, il y a les activités d’accueil organisées par l’association étudiante de ton programme d’études. Sauf que voilà, plusieurs nouveaux et nouvelles arrivent sur le campus sans savoir vraiment de quoi il s’agit. En fait, certain.e.s ne connaissent même pas leur association (rendez-vous en bas de l’article pour régler ça). Pour démystifier les activités d’accueil associatives, et plus généralement les associations étudiantes à l’UdeM, on a décidé de faire appel à une pro. J’ai nommé Sandrine Desforges, Secrétaire Générale de la FAÉCUM. (et ancienne Roger!)

Sandrine Desforges, Secrétaire Générale de la FAÉCUM pour le mandat 2019-2020

Les Roger – Salut Sandrine! Est-ce que tu peux te présenter en quelques mots?

Sandrine – Oui, bien sûr! Je m’appelle Sandrine Desforges, je suis secrétaire générale de la FAÉCUM. C’est mon deuxième mandat sur le bureau exécutif de la fédération. L’année dernière, j’étais coordonnatrice aux affaires associatives (aussi communément appelé “interne”). Dans le cadre de ce premier mandat, j’ai beaucoup travaillé avec les différentes associations étudiantes de l’UdeM, notamment dans la période de la rentrée, et donc des activités d’accueil. Avant d’être à la FAÉCUM, j’étais au bac bidisciplinaire en psychologie et sociologie, et j’ai aussi été auteure sur le blogue des Roger!

LR– Pour commencer, beaucoup de nouveaux étudiants se posent la question suivante : «Les activités d’accueil associatives, c’est quoi? »

Sandrine – C’est une période lors de laquelle les associations étudiantes accueillent les nouveaux et les nouvelles sur le campus. Ça permet de rencontrer les gens de ton programme d’études dans un contexte plus amical et décontracté que celui d’une salle de cours. La terminologie « activités d’accueil » est très importante, car elle reflète une mentalité d’inclusivité et de respect.

LR – Dans le cadre de la Semaine d’accueil, l’Université de Montréal propose un grand nombre d’activités pendant la rentrée. En quoi les activités d’accueil associatives sont différentes de cet accueil?

Sandrine – Ce sont deux choses très différentes! Dans le fond, la Semaine d’accueil représente le côté plus institutionnel de l’accueil des nouveaux et des nouvelles. Grâce à la programmation de cette semaine, les nouveaux et les nouvelles vont pouvoir découvrir les services qui leurs sont offerts à l’UdeM, se familiariser avec le campus, les pavillons et rencontrer d’autres étudiants… De l’autre côté, les activités d’accueil associatives sont, comme le nom le dit, organisées par les associations étudiantes ! Ce sont des activités faites par des étudiant.e.s., pour des étudiant.e.s. Le but est de rencontrer les gens de ta cohorte, ainsi que le monde de ton association étudiante (où tu pourrais vouloir t’impliquer par la suite !), dans un contexte ludique, qui permet de facilement briser la glace et de tisser des liens.

Au final, ce sont deux choses très complémentaires, donc mon conseil, ce serait vraiment de participer un maximum aux deux!

Le Pub de la rentrée sur la place de la Laurentienne

LR – Tu parles beaucoup de l’implication, du rôle des associations étudiantes? Mais en fait, à quoi ça sert, une association étudiante?

Sandrine – Son rôle, c’est avant tout de défendre les droits et les intérêts de la communauté étudiante, et ce à différents paliers. Le premier palier, c’est celui de ton association de programme. Ensuite, il y a la FAÉCUM, soit la fédération des associations étudiantes des campus de l’Université de Montréal. La FAÉCUM représente les 85 associations étudiantes locales, ainsi que 40 000 étudiants et étudiantes de l’UdeM. Elle s’occupe davantage de la représentation au niveau institutionnel et auprès des différents paliers gouvernementaux, ainsi que de l’organisation d’événements offerts à l’échelle du campus, en plus d’offrir des services aux membres et du soutien aux associations étudiantes. Les représentant.e.s, comme moi, sont élu.e.s à chaque année par les représentant.e.s des associations de programme de l’UdeM, qui sont eux-mêmes élu.e.s par les étudiant.e.s de leur programme.

Mais le rôle d’une association étudiante va au-delà de ça. Les associations dynamisent la vie étudiante, en créant un sentiment d’appartenance, un esprit de groupe.

À une autre échelle, nous sommes membres d’une association étudiante nationale : l’Union Étudiante du Québec (UEQ) qui représente les droits et intérêts de quelque 90 000 étudiant.e.s auprès des différents paliers gouvernementaux. D’ailleurs, la FAÉCUM et l’UEQ seront très présentes sur le campus à la rentrée! N’hésitez surtout pas à venir nous voir! Nous sommes là pour répondre à vos questions. « Comme une association étudiante peut paraître assez complexe pour un.e nouvel.le étudiant.e qui arrive à l’Université, et que cela peut paraître encore plus difficile de s’y impliquer, participer aux activités d’accueil est aussi l’occasion idéale de démystifier leur rôle, et la façon de s’y impliquer.

LR – Justement, beaucoup de personnes se souviennent de la mauvaise image laissée par les initiations à l’université, il y a quelques années. Qu’est-ce qui a changé entre les « initiations » et les « activités d’accueil »?

Sandrine – Depuis quelques années, la FAÉCUM et les associations étudiantes travaillent à ce qu’un réel changement de culture s’opère sur le campus. Dans le cadre des activités d’accueil, passer de ce qu’on connaissait autrefois comme des « initiations » aux activités d’accueil, ça s’accompagne en fait de tout un changement de paradigme. Le but n’est non pas d’initier les nouvelles et les nouveaux, mais de les accueillir dans un climat de respect et d’inclusion. Désormais, les organisateurs et organisatrices des activités d’accueil associatives sont formé.e.s au préalable. Le but de tout ce travail est de faire un évènement inclusif, accueillant, dénué de toute pression, afin que tout.e.s les participant.e.s puissent avoir la chance de tisser des liens dans le meilleur climat possible.

À la FAÉCUM, on travaille aussi beaucoup à améliorer la santé mentale des étudiant.e.s à l’UdeM. En effet, il y a 3 ans, on a lancé une enquête sur l’état de santé mentale des étudiant.e.s de l’UdeM. Les résultats étaient alarmants et nous ont poussé à agir pour faire bouger les choses. Notamment, cette année, on a lancé, avec les l’UdeM, la campagne Ça va aller, qui vise à sensibiliser la communauté étudiante sur les questions de santé mentale Tout ça pour dire que le fait de participer aux activités d’accueil te permet de tisser des liens avec des gens que tu côtoieras tout au long de tes études, et ce, dès les premiers jours sur le campus. Bref, c’est un des moyens mis en place par les associations étudiantes afin de briser l’isolement, et d’éviter que les étudiant.e.s se retrouvent tous.tes seul.e.s face aux multiples défis de la vie universitaire.

LR – Peux-tu nous parler de « sans oui, c’est non », la campagne contre le harcèlement sexuel à l’Université, et des autres mesures qui visent à prévenir les violences à caractère sexuel?

Sandrine – Absolument. « Sans oui, c’est non » est une campagne lancée en 2014 par la FAÉCUM, l’UdeM, et le bureau d’intervention en matière de harcèlement (BIMH) de l’UdeM. L’objectif de cette campagne est de faire la promotion d’une culture du consentement, et de lutter contre le harcèlement et les violences à caractère sexuel. . Et bien qu’elle soit partie ici, sur le campus de l’UdeM, elle est maintenant rendue dans plusieurs universités et plusieurs cégeps au Québec! Déjà, les impacts se font clairement ressentir sur le campus : des traditions qui n’ont pas lieu d’être se perdent et sont remplacées par d’autres, plus saines et plus inclusives. On change réellement de paradigme.

Dans la même lignée que ce changement de culture, la FAÉCUM a lancé, à la rentrée d’automne 2019, le Programme contre le harcèlement et pour des actions responsables et éclairées (le PHARE). Employé.e.s par la FAÉCUM, ces étudiant.e.s (qui sont appelé.e.s les éclaireurs et éclaireuses) sillonnent le campus pendant la période des activités d’accueil, et sont également présent.e.s dans les activités de la FAÉCUM et des associations étudiantes qui en font la demande, à l’année longue. Ils et elles sont là pour détecter les situations à risques et les désamorcer. En plus de leurs interventions, les éclaireurs et les éclaireuses sont là pour vous aider en cas de besoin. Vous pouvez aller les voir en tout temps! Ils et elles sont identifié.e.s par des dossards, à l’effigie du PHARE.

Les éclaireurs et les éclaireuses du PHARE lors du party 2ème étage

LR – Et donc aujourd’hui, qu’est-ce qu’on fait pendant ses activités d’accueil associatives?

Sandrine – Ça varie beaucoup d’une association à l’autre! On retrouve souvent des activités sportives, des piques-niques, ou des rallyes qui permettent de découvrir le campus. Certaines associations ont aussi des activités propres à leur programme. Je pense à l’association d’histoire de l’art (l’AEEHAUM), qui avait créé une application mobile pour encourager les nouvelles étudiantes et les nouveaux étudiants à partir à la découverte des œuvres d’art sur le campus, ou à l’association de philosophie (l’ADEPUM), qui avait organisé une sorte de débat oratoire mettant en valeur différents courants philosophiques . Il y a aussi l’association de science politique et études internationales, qui organise chaque année un débat entre des politicien.ne.s dans le cadre de ses activités d’accueil.

LR – Et la FAÉCUM dans tout ça? Vous serez présent.e.s sur le campus à la rentrée?

Sandrine – Assurément! Notre classique Pub de la rentrée sera présent sur la place Laurentienne, au cœur du campus, pendant les premières semaines de la rentrée. On y vend de la nourriture (notamment les délicieux « gros dogs ») et des consommations à bas prix, du matin au soir. Le pub est tenu par des étudiant.e.s bénévoles. Il va aussi y avoir un pub mobile, qui se promènera sur les différents campus délocalisés pendant la rentrée. On organise aussi plusieurs activités pendant cette période, comme le Party du 2ème étage, le Spectacle de la rentrée, la Course sur le campus et… un tout nouvel évènement qui se déroulera au campus MIL, question de célébrer son inauguration en bonne et due forme! Il y aura aussi des activités spécifiquement dédiées aux parents étudiants et aux étudiant.e.s qui viennent de l’international. Vous pouvez retrouver tout ça sur notre page Facebook, ou dans la programmation de la rentrée, sur l’application mobile Rentrée UdeM qui seront disponibles à partir du 25 juillet prochain.

LR – J’ai une question qui me vient comme ça : Qu’est-ce qu’on fait si on ne boit pas d’alcool, à la rentrée?

Sandrine – Tout! Justement, le but de ce changement de culture dont on parle depuis tantôt, c’est que les activités ne tournent pas autour de l’alcool. D’ailleurs, des options sans alcool seront offertes dans tous les évènements de la FAÉCUM.

LR – Un mot pour terminer?

Sandrine – Participez aux activités, impliquez-vous dans votre vie associative, et ce même après la rentrée! Allez dans vos assemblées générales, dans vos 4@7 d’asso, engagez-vous. On apprend tellement de choses en sortant du cadre de la classe. Il faut se donner l’occasion de faire des rencontre et de découvrir ce qui s’offre à vous!

LR – Merci Sandrine, on se voit à la rentrée sur le campus!

Profite bien de ton été, on te donne rendez-vous le 26 août pour la Semaine d’accueil !

Psst : si tu ne connais pas encore ton association étudiante, tu peux consulter le répertoire des associations étudiante de l’UdeM.

The following two tabs change content below.
Claire

Claire

📚 J’aime beaucoup lire (de mon plein gré, pas que pour mes cours).

🇫🇷 Française d’origine, je me considère de plus en plus comme Québécoise d’adoption. Je suis passionnée par l’histoire et la politique canadiennes.

😎 Je suis impliquée dans plein de choses à l’université et ailleurs, et j’adore ça!

📷 Je fais de la photographie.

🍣 J’ai une passion inconditionnelle pour les sushis.

Claire

Derniers articles de Claire (les voir tous)

T’en penses quoi?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *