Sociologie des microondes

Au Cégep, comme au secondaire, il était fort fréquent d’avoir des cours toute la journée, de 8 h à 18 h, avec quelques rares pauses, et ce du lundi au vendredi. Et c’était ainsi si on ne faisait rien de parascolaire. Imaginez donc mon soulagement lorsque j’appris, comme plusieurs nouveaux étudiants, que l’université, c’est cinq cours de 3 h, sèchement et simplement. Passer de trente heures de cours à quinze était tout bonnement réjouissant, particulièrement pour une raison : plus besoin de faire de lunch ! Pourtant, vous aurez bien à en faire éventuellement et aussi à utiliser les fameux four à micro-ondes.  

Fini, ce temps maudit où je devais me préparer un sandwich au beurre d’arachide et oignons, qui s’humidifiait le matin et qui ne donnait aucunement le goût de se faire avaler, le midi arrivé. Enfin ! Finis aussi ce temps où je devais attendre trente minutes en m’autodigérant afin d’avoir accès à un microonde surutilisé qui ne pouvait, au mieux, que me laisser un repas tiédasse. Enfin !

Menfin, mal m’en prit. D’une part, comme plusieurs étudiants et étudiantes l’ont remarqué, l’université, ce n’est pas qu’un aller-retour maison-école et basta ! Oh non, l’université, c’est bien plus attrayant si on y reste de 8 h à 20 h. De ces douze heures par jours, on en passe généralement trois à six en cours, trois autres à étudier, une ou deux à errer et procrastiner et bien certainement une bonne heure bien méritée à manger.

En s’occupant et en s’engageant, on constate donc que rester à l’université vaut vachement la peine, à condition de se faire à manger. On pourrait bien entendu se payer la traite tous les jours dans les multiples cafétérias, cafés étudiants ou restaurants des alentours du campus, mais Monsieur Portefeuille finirait par se lasser. Il reste donc l’option casse-croûte fait maison. À ce stade, il est bien facile de se confectionner un sandwich douteux chaque midi, mais, cette fois, c’est Madame Papille qui finira par se lasser. Ainsi, l’option la plus économique ET la plus gouteuse restera le repas à faire chauffer. Mais où ?

Les microondes, il y en a partout à l’université, mais tous ne sont pas aussi accessibles ou d’aussi bonne qualité. Je vous propose une présentation non exhaustive des microondes qui peuplent le campus UdeMien.

Un beau microonde de l’Action humanitaire et communautaire. Ne pas y insérer de thermos, préférablement.

D’abord, il y a les très célèbres microondes du deuxième étage de Jean-Brillant. Si leur nombre paraît alléchant, soyez averti qu’il n’en sera pas toujours ainsi ; généralement, une fois les intras passés, nous observons un taux d’attrition de 50 %. La plupart ne chauffent plus, quelques-uns pas assez et vous serez étonnés de savoir que quelques-uns sont même volés ! Non, décidément, ces microondes ne sont pas la meilleure option, d’autant plus qu’ils sont suivis d’une file monstre de 11 h 30 à 13 h 30.

Mieux vaut, dans le cas de Jean-Brillant, connaître les alternatives. Je vous propose avec plaisir de venir au café Acquis de droit. Venez apprécier ces beaux microondes qui, malgré leur devanture commanditée par les grands cabinets d’avocats, demeurent des microondes normaux. Ils sont eux aussi soumis aux risques des machines du deuxième étage, mais, étant moins connus, ils sont moins fréquentés. Dites donc adieux à la longue file, et soyez sûr de manger chaud ! Si le pavillon de droit vous paraît trop intimidant (soyez sans crainte, les avocats ne mordent pas…), il y a toujours des alternatives plus chaleureuses. En effet, l’ambiance juridique n’est pas toujours la meilleure pour vous donner l’appétit, c’est pourquoi je vous dirigerais vers l’Action humanitaire et communautaire. Toujours empreinte de la musique rock de CHOM FM, l’ambiance de l’AHC est on ne peut plus décontractée et accueillante. Il est même possible de trouver du pain ou des herbes gratuites ! De quoi agrémenter votre repas ! Les deux microondes qui s’y trouvent sont à peu près inutilisés ; cela vous garantit donc un repas rapide et chaud.

Enfin, l’option la moins connue mais qui en vaut largement la peine est sans aucun doute les multiples associations étudiantes qui pullulent sur le campus. Je vous avoue que, malgré toute ma connaissance des lieux, des us et coutumes de notre chère université, je ne connais pas la science exacte de la répartition microondine à travers les associations. Je vous recommande donc de faire vous-même vos recherches, en ratissant pavillon par pavillon, pièce par pièce afin de trouver la perle rare.

Sur ce, bon appétit !

Note pour l’étudiant.e aguerri.e mais pressé.e : mon truc personnel transcende toute les longueurs et aléas produits par les microondes. En effet, pourquoi attendre pour chauffer son plat si vous possédez un microonde chez vous ? Au lieu de le transporter à l’école, toutefois, je propose plutôt l’éternel et infatigable thermos. Chauffez votre repas le matin, pendant que vous vous douchez, par exemple, puis dégustez-le, encore bien chaud, en regardant d’un air espiègle la file que vous aurez ainsi évitée !

The following two tabs change content below.
Marc-Antoine

Marc-Antoine

Baccalauréat en droit

Je suis de ceux qui trouvent la question plus intéressante que la réponse, mais rassurez-vous, je n’embête généralement pas mes pairs avec ça! Adepte du zéro déchet, de politique engagée et de plein-air, je me garde une passion secrète pour les langues et la physique. Piètre danseur et modeste orateur, c’est l’écriture que je préfère. Si je suis parfois atteint d’ochlophobie, je ne reste pas moins un être chaleureux qui, plus que parler, aime écouter.

T’en penses quoi?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *