L’engagé

4 minutes de lecture

Quand j’ai rencontré Antoine « Twene » Bédard pour la première fois, j’ai tout de suite su que j’avais affaire à quelqu’un d’intéressant. Le regard calme et attentif, la posture accueillante et l’attitude détendue, Antoine est le genre à vous mettre à l’aise dès la première phrase. Il me suffit d’à peine quelques minutes de conversation avec lui pour aborder des sujets chauds et intéressants. Pour Twene, pas question de s’attarder sur la pluie et le beau temps ; non, avec Twene, on change le monde.

Antoine a vécu à Sainte-Hyacinthe, non loin de Montréal, où il finit son secondaire avec l’idée de ne plus jamais remettre les pieds à l’école. Pourtant, il se rend au Cégep et c’est là que tout commence. Pour Antoine, s’engager commence à petits pas, de petite réalisation en petite réalisation, chacune contribuant à augmenter son estime personnelle et sa confiance en soi. Il suffisait simplement d’un peu de volonté pour finir en lion de l’engagement.

À l’aise avec les profs, Antoine, comme beaucoup d’étudiants, se rend compte qu’il ne s’agit pas de monstres sanguinaires, mais plutôt des humains qui sont là pour une chose uniquement : aider les étudiants. Les professeurs ne mordent pas (la plupart du temps), et il leur fait plaisir de discuter, d’approfondir la matière et, de fil en aiguille, ils deviennent de bons moyens pour dépasser la frontière entre le scolaire et le parascolaire. Autant ils sont des sources de savoir, autant ils sont prêts à faire avancer les étudiants en leur donnant conseil et en les référant pour divers projets.

Si Antoine, comme moi, craignait au départ d’être étiqueté comme le « téteux », il comprend maintenant que ce n’est que sottise. Aujourd’hui, l’obtention de stage se fait les doigts dans le nez, et ses notes montent en flèche.

De surcroît, sa carrière d’étudiant décolle ; il participe à des manifestations, organise des cours communautaires, fait de l’aide aux devoirs, crée des clubs de débats et j’en passe. Même si cet activisme accapare une bonne partie de son temps, c’est à travers ces activités qu’il tisse des liens et fait progresser non seulement sa vie personnelle, mais aussi celle des autres. Enfin, Antoine ne peut s’empêcher de s’étonner d’une chose : plus il s’engage, plus il est motivé à l’école et meilleurs sont ses résultats.

Je ne peux donc m’empêcher de lui demander : pourquoi tant d’étudiants ne s’engagent-ils pas ? Lui n’a pas de difficulté à se l’imaginer. S’engager, ça peut paraître intimidant. Lui-même était désorienté au départ et hésitait à s’impliquer dans des groupes et associations. Quand on est perdu, que l’on manque d’informations, de ressource ou même de confiance, c’est difficile de s’engager réellement. Et je le comprends. Pourtant, comme il le dit si bien, dès qu’on fait les premiers pas, toute la machine se met en branle et on entre dans un cercle vertueux : plus d’amis, plus de contacts, plus de ressources, meilleure confiance en soi, meilleure connaissance du système, meilleures notes… Et même si tu n’en as jamais fait, rien ne t’empêche de commencer, du jour au lendemain. Il suffit d’un bon coup de pied au derrière, et les gens seront ravis de t’accueillir. Antoine l’a vécu, je l’ai vécu, des centaines d’autres étudiants le vivent.

Cette année, Antoine s’est engagé au carrefour des services aux étudiants. Toutefois, pour lui comme pour moi, c’est plus qu’un travail. C’est une belle méthode pour s’engager et découvrir de nouvelles personnes. À l’automne, Antoine commence le bénévolat à l’Action humanitaire et communautaire, notamment en tant que parrain pour le programme passerelle. Brisant la routine et la glace, le bénévolat et l’engagement en général lui permet de devenir un réel acteur dans ses études, et non un simple figurant.

Pour un gars qui a failli décrocher, je dois dire que Twene Bédard m’impressionne. Complétant cette année un microprogramme en enseignement post secondaire, après avoir complété un baccalauréat en science politique, je me dis que s’engager, ça vaut vraiment la peine !

Note pour l’étudiant.e aguerri.e : s’engager à l’UdeM? Rien de plus facile. Il existe prêt de 92 associations et regroupements différents. Je suis convaincu que tu trouveras chaussure à ton pied. Pour plus d’informations, visite le site de l’Action humanitaire et communautaire (AHC), ou encore le Centre de soutient aux regroupements étudiants (CSRÉ) pour créer ton propre comité (s’il n’existe pas).

Psst! Tu peux aussi découvrir les autres ambassadeurs : Éloïse, Marc-Antoine et Sandrine.

The following two tabs change content below.
Marc-Antoine

Marc-Antoine

J’ai cette tendance à écrire de long en large, ce qui témoigne sûrement du poète qui sommeille en moi. Un poète international, cela dit, ne pouvant s’empêcher de le montrer. Si j’use de beaucoup de mots, ce n’est que pour mieux me défendre, et je garde toujours en tête ces phrases : fais ce que tu dis; dis ce que tu penses; pense avec raison. Sur cette touche philosophique, mon Yin serait la patience, mon Yang l’impulsivité.
Marc-Antoine

Derniers articles par Marc-Antoine (voir tous)

Il n'y a pas de commentaire

Écrire un commentaire