Le Nouveau

4 minutes de lecture

La nouveauté peut s’appréhender de plusieurs façons. Parfois vue de façon négative (inhabile, inexpérimenté, bleu, naïf, novice, néophyte, « noob », débutant, étrange, inhabituel, inaccoutumé, et j’en passe), le neuf s’apparente à quelque chose de risible, de ringard et duquel on pourrait facilement profiter. Or, à l’inverse, la nouveauté peut être vue de façon nettement positive (neuf, novateur, original, inédit, récent, frai, jeune, moderne, renouvelé, etc.) et refléter le changement et l’avenir.

Devant cet étalement de synonymes, que penser de la nouveauté dans un contexte universitaire ? Étant un éternel optimiste, laissez-moi vous convaincre que ce ne peut être que bénéfique — ou presque.

« Il y a tous les autres nouveaux, qui ont en commun avec votre situation la caractéristique qu’ils sont tout autant nouveaux et inexpérimentés que vous êtes perdus et assoiffés de découvertes (hein !?) »

La nouveauté, on l’a tous vécu plusieurs fois. Pour ma part, ce qui m’a le plus marqué fut le fait d’être nouveau à l’école. J’ai fait trois écoles primaires, deux secondaires et je suis passé du Cégep au lycée, en France, avant de retomber au Québec dans deux programmes universitaires l’un à la suite de l’autre. Chaque fois, le même phénomène se produit.

Au début, nous assistons à deux comportements caractéristiques. Dans le coin droit, le profiteur, qui lui tentera de se servir de vous et qui, si vous résistez, essaiera de vous couler. Dans ce cas, faites-en fi, il arrêtera rapidement, même si ce peut être désagréable. Dans le coin gauche, les ébahis seront émerveillés par ce que vous représentez : une nouvelle occasion de socialiser, de repartir à neuf ou de faire ses preuves à nouveau. Devant tous ces gens, aucun ne restera votre ami, à de rares exceptions près. Ces deux types se rendront rapidement compte que le Nouveau est une personne normale, et vos vrais amis seront ceux qui ne s’intéresseront à vous ni pour votre nouveauté ni pour votre attrait, mais simplement pour qui vous êtes (« hooooooonnnn » [d’une voix attendrie]).

« Venez donc faire un tour à la rentrée ; la nouveauté n’aura jamais eu si bon goût (#SloganDeQualitéSupérieure) »

À l’université, l’on rencontre la nouveauté de diverses façons. D’abord, bien évidemment, les personnes. Il y a les anciens du programme, ceux et celles qui connaissent tout sur tout, les astuces, les raccourcis, les bons et mauvais coups. En tant que nouveau, on peut les écouter, mais il ne faut pas se laisser abuser par leur statut ; ils sont tout aussi humains et universitaires que vous ! Il y a aussi les nouveaux-anciens, tels que moi, qui auront déjà fait un programme universitaire, mais qui en commencent un nouveau. Ces gens-là connaissent bien l’université, mais se retrouvent dans la même situation d’émerveillement face au nouveau programme.

Puis, il y a tous les autres nouveaux, qui ont en commun avec votre situation la caractéristique qu’ils sont tout autant nouveaux et inexpérimentés que vous êtes perdus et assoiffés de découvertes (hein !?). Eux aussi veulent partir à neuf, et eux aussi veulent découvrir leur nouvel environnement. Dans tous les cas, rencontrer de nouvelles personnes ne peut être que bénéfique ; il faut savoir profiter de l’expérience des anciens et du regard jeune que portent les nouveaux sur leur nouvel environnement.

« En fait il n’y a pas de version papier [de la programmation de la semaine d’accueil], alors fais juste télécharger l’application »

Ensuite, on rencontre la nouveauté dans l’institution elle-même. Nouvelle bureaucratie (joie !), nouvelle administration, nouveau fonctionnement, nouveau campus, nouvelles activités, nouveaux services, nouvelles infrastructures… Essoufflé ? Pas la peine ! C’est exactement pour cela qu’il existe une semaine d’accueil. La nouveauté peut à la fois être excitante et être une source de désorientation totale. Venez donc faire un tour à la rentrée ; la nouveauté n’aura jamais eu si bon goût (#SloganDeQualitéSupérieure).

Enfin, et c’est ce qui arrive en dernier, la nouveauté intellectuelle. L’université, que vous soyez un débutant complet, que vous arriviez de l’UdeM ou de toute autre université, c’est de nouvelles méthodes, de nouvelles approches, de nouvelles connaissances. Mais c’est pour ça que nous y allons, non ? (#IntellecutalismeAvancé) Si l’université n’avait rien de nouveau à nous apprendre, pourquoi s’y inscrire ?

Bref, peu importe quel type de nouveau vous êtes (et on est toujours un bleu quelque part), faites comme Éloïse et explorez, vivez de nouvelles aventures. Après une rentrée du tonnerre, je parie un gros dollar que vous aussi serez devenu.es des étudiant.es aguerri.es.

Note pour le ou la futur.e étudiant.e aguerri.e : télécharge l’application de la rentrée! Plus facile, plus portative, plus efficace, plus légère, plus intéressante et plus accessible que sa version papier (en fait il n’y a pas de version papier, alors fais juste télécharger l’application).

The following two tabs change content below.
Marc-Antoine

Marc-Antoine

J’ai cette tendance à écrire de long en large, ce qui témoigne sûrement du poète qui sommeille en moi. Un poète international, cela dit, ne pouvant s’empêcher de le montrer. Si j’use de beaucoup de mots, ce n’est que pour mieux me défendre, et je garde toujours en tête ces phrases : fais ce que tu dis; dis ce que tu penses; pense avec raison. Sur cette touche philosophique, mon Yin serait la patience, mon Yang l’impulsivité.
Marc-Antoine

Derniers articles par Marc-Antoine (voir tous)

Il n'y a pas de commentaire

Écrire un commentaire