Redécouvrir Montréal

6 minutes de lecture

Les attractions montréalaises sont nombreuses, pour tous les goûts et tous les âges. On a parfois l’impression qu’elles sont trop chères et qu’on les a vues de fond en comble, bref, on se demande ce qu’irait y faire un étudiant. Déconstruction de préjugés totalement faux.

Je ne sais pas pour vous, mais, ayant trop vu certaines attractions, je m’en suis blasé et je les ai rangées aux oubliettes. Et si certaines avaient pu m’intéresser, je les classais rapidement dans la catégorie « pour mioches » ou « pour touristes », deux choses que je refuse d’être.

Or, mal m’en prit, car il est bon parfois de ranger ses catégories pour redécouvrir des musées sensationnels.

Je ne suis pas un amateur de plantes, mais cette fois je fus conquis. Ce n’est pas parce que ça ne bouge pas que c’est ennuyant. Bien au contraire, je me pris à admirer cactus et plantes tropicales, les uns fascinants par leurs formes et les autres par leurs couleurs dépassant l’imagination. J’ai bien aimé contempler les bonzaïs, ces arbres nains témoins de patience et émanant de sagesse. Je me suis ressourcé dans l’arboretum, et vu des quantités de plantes vivaces et « utiles » (tout ce qui se mange, quoi !). Enfin, ma soif de connaissance a été pleinement rassasiée dans les sections « plantes médicinales » et « plantes toxiques » (du houblon à la ciguë, en passant par la guimauve).

Positif : très bien entretenu et très vaste, pour tous les goûts.

Négatif : peu d’explications scientifiques à propos des plantes.

Note : B+

Temps suggéré : 3h, facilement.

Si les insectes vous paraissent repoussants, c’est probablement ici que vous apprendrez à mieux les connaître. J’ai dû passer au moins 20 minutes à contempler des fourmis atta, s’affairant à découper des feuilles, à s’entraider, à les transporter, à les déchiqueter et enfin à les mâcher pour s’en servir non pas pour se nourrir, mais plutôt pour alimenter un champignon, lequel sera leur vrai repas ! Vous avez bien lu : ces fourmis font de l’agriculture, et ce des millions d’années avant l’homo sapiens. J’étais fasciné. Ensuite, j’ai admiré plus d’insectes que je n’en verrai jamais, de toutes les couleurs et de toutes les formes. Certains étaient morts, quelques-uns vifs, mais, rassurez-vous, ils sont dans un aquarium.

J’en profite pour vous encourager à aller dîner au croque-insecte, petit resto où pourrez y déguster des insectes : « mix » à l’érable, burger et tacos de criquets, dessert aux grillons, limonade et poutine aux fourmis. Définitivement mon coup de cœur, à condition que vous ayez le courage de découvrir de nouvelles saveurs.

Positif : bonnes explications et variété.

Négatif : une seule exposition.

Note : A

Temps suggéré : 1h30 (2h si vous admirez les fourmis, comme moi).

Dégustation d’insectes, Insectarium de Montréal.

Récemment construit, le Planétarium de Montréal vous offre un voyage à travers l’espace à prix modique. Ici, les spectacles présentés sur leurs écrans à 360° changent régulièrement, ce que vous permet d’y retourner encore et encore sans jamais voir la même chose. L’exposition permanente est aussi très intéressante, expliquant la formation et le fonctionnement de l’univers — du moins de ce qu’on en sait…

Positif : changement régulier d’expositions.

Négatif : certains spectacles valent moins la peine d’être vus.

Note : A-

Temps suggéré : entre 45 min et 2h, dépendamment du temps des spectacles.

C’est ici que je suis réellement retombé en enfance, en voyant tous ces animaux évoluer dans ce qui se rapproche le plus possible de leur habitat naturel. Il est très intéressant de voir les animaux cohabiter, notamment dans la reproduction de l’écosystème du golfe du Saint-Laurent.

Positif : On préfère voir les animaux dans leur habitat plutôt que dans un zoo.

Négatif : les chemins sinueux créent des bouchons de touristes. Allez-y vers 16h et en semaine.

Note : B-

Temps suggéré : 2h.

Ara hyacinthe, Biodôme de Montréal.

Cette attraction ne fait pas partie de « Espace pour la vie », mais permet d’offrir un excellent point de vue sur tout l’univers du non-vivant, et même au-delà. De plus, vous pouvez ici y planifier toute une journée avec plusieurs attraits différents : du style « musée », de l’interactif, des expositions temporaires, des permanentes et, bien entendu, le cinéma Imax.

Je suis un peu resté sur ma faim après avoir fait l’exposition « CSI », mais je fus rapidement et agréablement ravi par les expositions permanentes. Il y eut d’abord « Fabrik », dans laquelle j’aurais pu y avoir passer une journée entière. On vous y propose une demi-douzaine de défis scientifiques à réaliser, et l’on met à votre disposition marteaux, clou, planche, carton, paille et plus encore. Tentez de faire flotter votre embarcation pour qu’elle soutienne 250 g, ou encore créez un « bolide » pouvant se déplacer en équilibre sur une corde à linge. Plus fascinant encore a été de découvrir à quel point enfants comme adultes embarquent dans les défis à pieds joints et oublient toute notion du temps !

Ensuite, j’ai découvert une nouvelle expo permanente, appelée « Humain ». Elle a tout ce qu’il faut pour que vous vous mettiez à admirer votre corps et la complexité de celui-ci. Enfin, ne manquez surtout pas « Science 26 », où à chaque lettre correspond un principe scientifique, et ce de manière interactive.

Positif : Les expositions se situent à merveille entre le divertissement et la soif de savoir (pour l’étudiant.e aguerri.e).

Négatif : une journée n’est clairement pas suffisante ! Oubliez le Imax, vous y reviendrez plus tard.

Note : A+

Temps suggéré : de l’ouverture à la fermeture, ou jusqu’à ce que votre cerveau sature.

L’exposition CSI, Centre des sciences de Montréal.

J’espère n’avoir pas grugé trop de votre temps, mais j’espère aussi vous avoir convaincu d’une seule chose : Montréal est définitivement une ville fantastique, et on y gagne à la redécouvrir, pour des prix pas si élevés que ça. Diminuez du quart vos sorties à la Maisonnée et profitez-en pour élargir votre spectre intellectuel.

Bien entendu, je n’ai même pas parlé de musées, mais ça, ce sera pour un autre article !

Note pour l’étudiant.e astronome aguerri.e : le planétarium sera ouvert gratuitement la journée du 21 août, jour où nous aurons une éclipse lunaire partielle à Montréal. Ça vaut le coup d’y aller. Lunettes rétro offertes !

The following two tabs change content below.
Marc-Antoine

Marc-Antoine

J’ai cette tendance à écrire de long en large, ce qui témoigne sûrement du poète qui sommeille en moi. Un poète international, cela dit, ne pouvant s’empêcher de le montrer. Si j’use de beaucoup de mots, ce n’est que pour mieux me défendre, et je garde toujours en tête ces phrases : fais ce que tu dis; dis ce que tu penses; pense avec raison. Sur cette touche philosophique, mon Yin serait la patience, mon Yang l’impulsivité.
Marc-Antoine

Derniers articles par Marc-Antoine (voir tous)

Il n'y a pas de commentaire

Écrire un commentaire