Camping vs hôtel

3 minutes de lecture

Avant de partir en vacances, on se pose plusieurs questions : où, pour combien de temps, quelles activités, avec qui… Mais attention à LA question qui tue : on va en camping ou à l’hôtel?

Bon ok, dans certains cas, c’est l’un ou l’autre qui gagne haut la main. Mais quand on a le choix entre les deux… Il faut bien prendre le temps de peser le pour et le contre.

Camping

Ah, le camping… le plaisir de passer un peu de temps dans la nature, de jouer du ukulélé en gang sur le bord du feu… C’est aussi bien si tu veux te faire manger par les moustiques, mourir de chaud dans une tente et dormir inconfortablement sur le sol dur et inégal, laver ta vaisselle à moitié et prendre ta douche en compagnie des araignées et des papillons de nuit…

Tu l’auras deviné, je ne suis pas une fan du camping, mais j’en garde toutefois quelques beaux souvenirs. J’ai toujours aimé regarder les étoiles, et c’est un peu difficile à faire en ville, comme griller des guimauves au-dessus d’un feu de camp (bon, c’est vrai, avec l’équipement adéquat, ça peut se faire)… Pis je dois l’avouer, j’aimais beaucoup aller camper avec la famille d’une amie d’enfance, quand on était petites. Oh, et jouer à des jeux de société sous la tente… et surtout, manger des céréales directement dans les petites boîtes!

Mais quand, après quelques années, tu commences à accumuler les moins bonnes expériences de camping, ça te fait un peu perdre le goût. Genre se faire tellement piquer/mordre par des petits insectes qu’on dirait que tu as la varicelle, se retrouver dans un terrain tellement boisé qu’en reculant pour sortir du terrain, un arbre percute la lumière de la voiture (je vous jure que ce n’est pas l’inverse!), vider ses souliers d’eau pour que trois/quatre méga grosses araignées d’eau te tombent dessus… Ou alors, obtenir un terrain juste à côté de l’endroit où les roulottes vident… ahem… tu as deviné, j’crois.

Hôtel

De son côté, l’hôtel représente le confort. Pas qu’il soit impossible d’être confortable en camping, mais, tsé, on est souvent très attaché à notre confort style urbain…

On dort souvent mieux à l’hôtel parce qu’on est à l’intérieur et qu’on dort sur un lit plus confortable que les matelas de camping. On y dort souvent mieux parce que ça ressemble plus à notre quotidien. Enfin, surtout parce qu’il y a moins de maringouins à l’intérieur et qu’il y a moins de chance de tomber sur des voisins de chambre très bruyants ou qui font exploser des pétards en plein milieu de la nuit. On aime aussi l’hôtel parce que, souvent, c’est « proche de tout ». En plus, quand on est enfant, c’est vraiment l’fun de sauter d’un lit à l’autre (#floorislava) en arrivant dans la chambre.

Bon après, dormir dans le même lit que quelqu’un (surtout quand on est petit, avec la fratrie) peut avoir plusieurs inconvénients que l’on ne retrouve pas en camping : coups de pieds, tirage de couvertures, se retrouver sur le bord du lit avec peut-être un gros 10 centimètres de place… Pour ça, je l’avoue, je préfère le camping. Bon, je suis pas tellement mieux, des fois, en plein milieu de la nuit, je me tourne de bord dans le lit (lire : les pieds à la place de la tête). Il faut aussi dire qu’il y a moins de place pour jouer à des jeux de société ou se lancer la balle dans une chambre d’hôtel… Et disons qu’une partie de Monopoly (ou tout autre jeu de société impliquant des joueurs compétitifs), ça peut créer assez de frustration pour déranger les chambres autour… Oups!

Conclusion?

Hôtel vs camping, c’est un peu comme dire ville vs campagne. L’un est beaucoup plus confortable et proche de tout, mais on se ramasse un peu trop collés les uns sur les autres; tandis que l’autre est plus en lien avec la nature, implique quand même pas mal d’espace (en général), mais est relativement inconfortable et vient avec son lot de moustiques.

Je préfère l’hôtel, mais ça fait longtemps que je ne suis pas allée camper, je pourrais donc tout à fait changer d’idée… Et toi, que préfères-tu?

The following two tabs change content below.
Jasmine

Jasmine

La musique, la lecture, l’écriture et le dessin sont vitaux pour moi ; j’ai une âme d’artiste et de rêveuse. En classe, je suis souvent perdue dans mes pensées, dans des mondes extraordinaires issus de mon imagination débordante. J’apprends peu à peu à aimer Montréal, lorsque je me risque à l’extérieur de ma belle ville de Laval… Enfin, surtout pour les festivals et les conventions geek qui s’y tiennent l’été. En hiver, je reste plutôt cloîtrée chez moi à pester contre le froid, une tasse de thé dans les mains.
Jasmine

Derniers articles par Jasmine (voir tous)

Il n'y a pas de commentaire

Écrire un commentaire