Montréal festif

3 minutes de lecture

L’été, l’école est finie – enfin, pour ceux qui ne prennent pas de cours d’été – et il faut maintenant occuper son petit cerveau crépitant d’étudiant.e aguerri.e. L’été, donc, ce n’est pas qu’aller à la plage ou à la Ronde, et surtout, pas question de passer toutes ses vacances dans son bar de quartier!

Bien que pour plusieurs, les vacances de rêves soient de voyager, de découvrir le monde, plusieurs d’entre nous, pauvre population estudiantine, doivent rester à Montréal. Par chance, je vous annonce tout de suite que vous pourrez voyager, et souvent, à des prix moins chers que gratuits!

On s’était déjà penché sur le sujet l’an passé, mais manifestement l’exercice vaut la peine d’être réitéré.

J’ai donc sélectionné certains incontournables, mais aussi plusieurs méconnus et émergents (clique sur leur nom pour accéder à leur site internet!).

1. Mondial de la bière – 14 au 18 juin

Bien entendu, ceci vous fera sortir de votre cher bar de quartier. Venez goûter, du 14 au 18 juin, au Palais des Congrès de Montréal, des bières venant de monde entier. L’admission est gratuite, ce qui rend le festival fort accessible, et peut-être une fois à l’intérieur vous laisserez-vous tenter par une ou deux dégustations…?

Crédits : Olivier Bourget, Mondial de la bière 2016, <http://festivalmondialbiere.qc.ca/fr/festivals/mondial_de_la_biere_montreal_2017/photos/>

2. Les Francofolies – 8 au 18 juin

L’incontournable numéro 1 de l’été, comme la plupart des étés d’ailleurs, sera certainement les Francofolies. Une liste impressionnante d’artistes vous est offerte pour que, du 8 au 18 juin, vous puissiez danser et chanter la langue de Molière. Paul Piché, Ariane Mofatt, Safia Nolin, Les Trois Accords. Vous en voulez plus? Daniel Bélanger, Yann Perreau et Claude Dubois y seront aussi! Et rassurez-vous, la plupart des spectacles sont, une fois de plus, totalement gratuits.

3. Mural Festival – 8 au 18 juin

Un peu moins connu, il est grand temps toutefois de venir découvrir les mille et une murales que compte Montréal. À un prix très abordable, ce festival vous propose un tour guidé de Montréal, une foire d’art mural au marché Bonsecours ainsi que des conférences, dont une donnée par nul autre qu’Armand Vaillancourt. Décidemment, ce festival a du potentiel.

4. Grand Pow-Wow de Kahnawake – 8 et 9 juillet

Pour la 27e saison, les Premières Nations de la région de Montréal vous proposent une expérience unique, celle de vivre un de ces mythiques Pow-Wow. Venez danser et chanter au rythme endiablé des tambours. Le 8 et 9 juillet seront définitivement les dates pour renouer avec la terre et les esprits.

Crédits : 27th annual Pow Wow, mai 2017, <http://kahnawakepowwow.com/?page_id=9>

5. Montréal complètement cirque – 6 au 16 juillet

J’aimerais terminer enfin avec un dernier festival, plus ou moins connu, mais qui offre son lot de sensations fortes et d’acrobaties. Du 6 au 16 juillet, vous pourrez admirer des artistes des arts du cirque et de la scène, et ce un peu partout à Montréal. La plupart des spectacles sont encore une fois gratuit, ce qui vaut un coup d’œil à la programmation! De plus, de nombreux quartiers de Montréal accueilleront leur propre spectacle; vous n’aurez même pas à vous déplacer! En gros, vous n’avez aucune excuse pour manquer cela! Laissez venir à vous le cirque.

Je vous aurais bien parlé du Festival de Jazz , de Mtl en art, de la Coupe Rogers, des feux d’artifices et bien entendu de la fête de la Saint-Jean-Baptiste, mais mes lignes sont comptées. C’est donc à moi de compter sur vous pour profiter de toutes ces activités gratuites qu’offre Montréal. Cet été, nous aurons encore une fois la preuve que Montréal est incontestablement la meilleure ville universitaire au monde!

Note pour l’étudiant.e festif.ve aguerri.e : visite ce site pour connaître encore plus de festivités à Montréal. Je suis convaincu que tu en trouveras une à ton goût. Visite aussi le site du 375e, l’année à ne pas manquer!

The following two tabs change content below.
Marc-Antoine

Marc-Antoine

J’ai cette tendance à écrire de long en large, ce qui témoigne sûrement du poète qui sommeille en moi. Un poète international, cela dit, ne pouvant s’empêcher de le montrer. Si j’use de beaucoup de mots, ce n’est que pour mieux me défendre, et je garde toujours en tête ces phrases : fais ce que tu dis; dis ce que tu penses; pense avec raison. Sur cette touche philosophique, mon Yin serait la patience, mon Yang l’impulsivité.
Marc-Antoine

Derniers articles par Marc-Antoine (voir tous)

Il n'y a pas de commentaire

Écrire un commentaire