Comment annoncer à son entourage qu’on part étudier loin ? | Les Roger - Le blogue des étudiants de l'UdeM

Comment annoncer à son entourage qu’on part étudier loin ?

4 minutes de lecture

Il y a encore quelques mois, j’ignorais totalement quel serait mon projet universitaire. La rentrée n’était qu’une idée floue quant à la voie à choisir, à la ville qui représentait mon idéal post-lycée… J’avais une seule vraie conviction ; une envie de nouveauté.

Ma destination est apparue un peu par hasard au cours de recherches et aujourd’hui, ça fait 8 mois que j’étudie en Études internationales à l’UdeM. Depuis le courriel de confirmation de ma demande d’adhésion jusqu’au jour de mon décollage, il y a eu des étapes pour annoncer ce projet à mon entourage et affronter leurs questions tout en restant motivée !

Etape 1 : garder le projet un peu perso, enclencher le processus administratif

Cela t’évitera de devoir te cacher de tous si tu échoues ou changes d’avis (Et c’est correct, tu as le droit de te tromper). Parce que franchement, qui a envie de poster des fausses photos sur insta pendant 3 ans, juste pour entretenir l’idée que tu t’épanouis à l’étranger ? Epargne-toi donc cette peine de membre de la « génération Y » ! Après tout, la décision de partir n’appartient qu’à toi, tu es la seule personne à pouvoir nourrir et chérir ce projet universitaire. Mais tu es également l’heureux élu qui affronte des péripéties administratives, scellant ton départ vers d’autres horizons.

Etape 2 : partager la nouvelle à tes proches les plus chill

Ça y est, tu es accepté. Tu peux maintenant déborder de joie devant ta gang, ils te connaissent et te soutiennent sûrement dans ces changements. Mon conseil est de l’annoncer d’abord à des « proies faciles », c’est-à-dire à ceux qui acceptent plus facilement l’idée de maintenir une relation à distance par exemple. Affronter quelques questions de leur part sur tes motivations n’est rien en comparaison à ce qui t’attend… Alors tes proches ayant également décidé de partir ou avec qui tu avais déjà partagé l’idée te seront d’une grande aide pour…

Etape 3 : …convaincre les plus réticents

Le moment est délicat. Ces proches-là te rappelleront toutes les difficultés d’un départ.

Non, tu ne pourras pas appeler tes parents pour qu’ils t’aident à mettre ta housse de couette, oui, tu risques de passer ton anniversaire loin de tes frères et sœurs et encore oui, tu as compris qu’il faudra reconsidérer tes heures de sommeil si tu veux faire un Skype avec tes grands-parents.

Sache que tu n’y échapperas pas, tu devras affronter le fameux « Mais pourquoi si loin/si jeune/si vite/cyprès ? ».

Evidemment, il y a des raisons poussant à postuler pour étudier à l’étranger. Cet entourage récalcitrant a une peur bien précise, la mission est grosso modo de les rassurer. Ta réponse doit être subtile, il s’agit de faire comprendre que tu n’es pas en fuite, tu es simplement un étudiant curieux ! Petite astuce : si cette question vient de tes parents, il faut les assurer que ce n’est pas une fuite car tu as honte de la nouvelle voiture familiale ou à cause des repas interminables en fin de semaine.

Bref, tu dois montrer l’ampleur de ton envie de nouveautés tout en mettant de côté tes propres appréhensions pour mieux convaincre.

Etape 4 : attendre le grand jour et ne pas remettre tout en question

De tes profs jusqu’à tes grands-parents, tout ton entourage connaît maintenant la nature de ton projet; tu n’as plus qu’à sauter dans l’avion. Mais avant de faire rouler ta valise, tu vas sûrement connaître une période d’attente « mi-gossante», mi-stimulante. C’est là que les derniers arguments vont être avancés, comme « Il n’est pas trop tard pour chercher un appart’ à Paris hein… ». Cette ultime phase avant le départ concentre une multitude de dangers. Ainsi, tu vas devoir rester focus sur les raisons qui t’ont poussé à entreprendre ces démarches.

Avis aux âmes sensibles, il y aura de l’émotion lors des au revoir, même pour les plus pressés de s’envoler…

Ton départ sera peut-être difficile, tu regarderas les rues en te demandant quelle idée t’a poussé dans cette nouvelle ville. Puis avec un peu de chance, tu t’épanouiras et prendras confiance. Les places te sembleront de plus en plus familières, tu associeras tes découvertes du début à de nouvelles expériences, rencontres, aventures…

S’épanouir dans l’inconnu, c’est possible ! | Les Roger - Le blogue des étudiants de l'UdeM

Bref, t’épanouir dans l’inconnu, c’est possible ! Ce n’est pas parce que tu sors des sentiers battus que tu vas te tromper. Etudier dans une nouvelle uni est une chouette expérience qui ne peut que t’en apprendre davantage sur toi-même. A toutes fins utiles, voici une petite vidéo toute jolie sur notre « zone de confort » et les bénéfices d’en sortir.

Et si tu préfères établir un changement plus progressif dans ta vie, pourquoi ne pas partir en échange ?

The following two tabs change content below.
Éloïse

Éloïse

Malgré un sens de l’orientation déplorable, me voici jeune Française en immersion à Montréal. Mon entrée à l’université est rythmée depuis par des joies (et catastrophes) de l’autonomie, réflexions sur le monde qui nous entoure, mokaccino, procrastination, rencontres marquantes, expériences culinaires, goût pour l’ironie ou encore tendance à rire trop facilement… Bref, je m’implique dans cette expérience québécoise avec intérêt, alimentant (mon cell en photographies) un perpétuel débat interne pour concilier sérieux scolaire et party étudiant.
Il n'y a pas de commentaire

Écrire un commentaire