Survivre aux embarras de Noël

3 minutes de lecture

Je me suis renseignée auprès de mes bons amis pour connaître les moments arkward des fêtes auxquels ils font face. Parce qu’on en vit tous; que ce soit au party de job, à la soirée du réveillon, ou encore au souper pas rapport entre le 25 et le 31. Pour des raisons de confidentialité, les prénoms ont été modifiés.

Eugène: Moi je pense qu’il y a rien qui me tape plus su’é nerfs que de revoir le même monde à une semaine d’intervalle pis de rien avoir à leur dire. C’est pas compliqué; on se voit le 24 décembre, ça fait un an qu’on s’est vus pis on a plein de potins à se raconter. Mais si on est pognés ensembles encore le 31, on est pas sorti de l’auberge. On se voit une fois par année, déjà là c’est difficile de pas rendre ça gênant.

Lisette: Je pense qu’il y a rien de pire que de ne pas apprécier ton hôte. Quand t’as pas le goût de la voir, dans son ptit tablier de Noël, dans sa maison de Noël, avec ses décorations de Noël pis son vieux chat déguisée en boule de Noël. T’as juste pas le goût de lui parler, de devoir lui dire que c’est bon pis de lui mentir en pleine face qu’oh combien ça te fait plaisir de la voir.

Marius: Chez nous c’est pas ben ben compliqué. Le soir du Réveillon, on reçoit la famille à mon père, pis c’est juste malaisant de A à Z. On est une grosse gang; les cousins, les filleuls, les tantes pis les oncles. Le problème, c’est que bien que ça fait trois veillées du jour de l’an que je les vois, je ne me souviens toujours pas du nom de leur blonde ou de leur chum. Surtout les jeunes; ça devient mélangeant.

BertheMa famille me choque. Pour de vrai. Il y a toujours un souper dans le temps des fêtes où on doit aller chez la cousine éloignée pis qu’elle nous sert toujours de la pizza. Il y a rien de festif là-dedans pis en plus, c’est toujours la même sorte de pizza, année après année. Avec le temps, j’ai appris à développer ma poker face. Si au moins elle la préparait elle-même.

Marthe et sa boésson, Berthe et sa pokerface devant la pizza

Lucien: Je viens de sortir de ma fin de session pis 3 dodo plus tard c’est le souper de Noël. Mais pas comme les autres. Rassemblez autour d’une table un père avocat, un frère qui travaille à la bourse, une soeur journaliste, une autre en politique, une tante et un oncle médecins, un cousin militant pour Greenpeace (ils l’aiment pas ben ben). Et c’est la soirée où tout le monde passe sa soirée à être outré que je ne sois pas au courant des derniers sujets dans l’actualité. Je viens de sortir de mon terrier où j’ai hiberné 3 semaines. On se calme.

Marthe: J’adooooore le temps des fêtes! Il y a tellement de bouffe, de bon vin et je peux dormir super tard le matin. Avant mon premier souper, je m’assure de passer à la pharmacie m’acheter des Tums parce que j’ai de la difficulté à reconnaître mes limites. Je dois goûter à tout tout tout et trop souvent ça se termine en brûlures d’estomac. Mais je pense que mon plus gros problème c’est quand je veux boire un coup mais que je veux vraiment pas avoir l’air soule. La grand-mère aimerait pas ça du tout!

Auguste: Pis mon beau Auguste, est où ta ptite amie? Sois t’en a pas, ou ben ça fait pas longtemps que vous vous êtes laissés. Tu reviens de ton trimestre en ville et ça fait un bon boutte que vous vous êtes pas jasé toi pis ta grand-mère. C’est là que tu sais pas trop trop comment t’y prendre pour lui répondre poliment, selon la finalité de la situation. Nous sommes les populaires te propose 25 façons de répondre à « pis t’as tu un chum », pour ceux que ça intéresse!

Léonie: Quand ta famille est ben jasante et que tout le monde sa raconte le moindre détail? Toi tu fais ta vie au jour le jour, mais tu t’attends pas à ce que ta mère commère sur tes ptits malaises et que ça te revienne en pleine face à la soirée de Noël entre deux matantes sur le divan. « Pis, t’es tu menstruée ma ptite fille? » Bon c’est vrai, j’ai pas mes règles ben souvent, mais de là en en faire un sujet de conversation, NON.

The following two tabs change content below.
Camille

Camille

Fan finie de Pink Floyd depuis trop longtemps, je ne pourrai pas non plus vous cacher que j’ai un faible pour la caféine (chocolat inclus). Mon amour pour l’Italie en est partiellement responsable; pour le reste, je n’oserais jamais avouer que c’est pour me garder éveillée en cours à 8h30. Globe-trotteuse à temps partiel, je fais continuellement le plein d’énergie au travers de mes escapades et de mes rencontres, tant à l’étranger que dans mon cher Montréal.
Camille

Derniers articles par Camille (voir tous)

Il n'y a pas de commentaire

Écrire un commentaire