TOP 5 DE NOVEMBRE AKA LE PIRE MOIS DE L’ANNÉE

5 minutes de lecture

1. Il reste encore 50% de la session

J’aimerais bien ça te dire que ça va passer rapidement et qu’en fait tes six semaines de cours et quelques examens vont se terminer beaucoup plus vite que tu le le crois! Mais bien que je le sache après je-sais-pu-combien de sessions, j’ai cet inévitable feeling d’une longue course contre la montre où mon sommeil et mes soirées de social vont être en carence. Novembre c’est un peu le moment où t’as une cloche intérieure qui sonne un peu trop souvent pour te rappeler que la fin est proche, mais que t’as encore un bout à faire. Tu as beau connaître la date d’expiration de ta session (tsé bel examen final qui vaut pour 70% un 22 décembre), mais chaque matin où tu quittes ton lit pour étudier et refaire tes cours, tu as un petit sentiment de corvée. Je vais pas te mentir, on ressent encore la même chose en 3ème année de bac. Au moins, on sait qu’on peut s’en sortir, que malgré tout ça va bien aller et que le novembre-universitaire, ça finit au jour 30.

2. La pluie, la pluie pis encore la pluie

Je pense que je ne trouve rien de plus déprimant que de me réveiller beaucoup trop tôt et d’ouvrir mes rideaux pour apercevoir la grisaille. Il y a pas un matin du mois que l’asphalte de ma rue n’est pas mouillée, qu’il n’y a pas de pluie ou cette bruine incessante qui te glace les os. Novembre, c’est quand je m’ennuie des rayons doux et chauds du soleil qui percent ma fenêtre pour me réchauffer sous la douillette. C’est quand je me rappelle les ciels bleus de mai avec les bourgeons et les fleurs. Maintenant que les couleurs des arbres font un tapis sous mes pieds, c’est plus facile de regarder au sol plutôt que de marcher la tête relevée.   

3. La recrudescence des célibataires

J’haïs novembre parce que c’est le mois « tough » pour les couples. Soit ça se laisse ou ça prend des break, mais j’ai tout le temps un frisson dans le dos quand arrive le 11ème mois de l’année. Peut-être parce que j’ai déjà vécu une rupture en novembre? Faut se dire que c’est juste normal et qu’en novembre tout tombe : les feuilles, le GPA et les couples. Reste à savoir si c’est à cause du Movember (même si c’est une cause très honorable, c’est pas des plus sexy faut se le dire) ou si juste une chute de motivation? Si ça t’arrive dis-toi que c’est pas la fin du monde, que ça va passer et que c’est bien mieux que de se faire laisser un 24 décembre. Si t’es du genre à te rembarquer tout de suite dans une autre «love story», au moins t’es dans une période de peak avec plein de célibataires autour de toi.

4. Le frette

C’est le moment où tu load ta carte de crédit pour t’acheter des pulls à n’en plus finir, des bas de laine et du thé. C’est pas compliqué: c’est humide et on gèle. Tu pensais mettre ton beau manteau de cuir pour sortir? Nope, tu gèles. T’es au prise avec tes bottes de pluie à tous les jours pour garder tes orteils au sec, tu porte plein de couches 24h/7 pour pas te geler et HOP, une vague «de chaleur» à 10°C! Mais il vente donc c’est le coupe-vent qui remporte la manche. Novembre est juste assez désagréable pour que tu n’aies pas le goût de mettre le nez dehors ou même de sortir de ta couette le matin. Tu me diras bien qu’en février il fait -20°C, au moins, il y a plus de chances d’avoir de la neige et j’ai un manteau et une paire de bottes, that’s it.

5. La maladie

Novembre c’est le mois du rhume (communément appelé le rhu-be), des maux de tête à cause du vent et du sentiment de fatigue. Tu me dis burnout, mononucléose et dépression et je m’empresse de te répondre novembre. L’association m’est pourtant si claire, bien que ça ne soit pas appuyé par des sources scientifiques. Il y moins de soleil, moins de vitamine D et plus de têtes amochées. On s’habille pas toujours intelligemment, on a le système immunitaire à terre quand on sort de nos intras et tout le monde est malade. Malgré un bon lavage des mains, le repos et le thé chaud s’imposent. Alors oublie pas de prendre soin de toi pour pas te retrouver sur le carreau avant tes finaux.

Des solutions pour contrer novembre, vraiment?

Ben oui! Ça existe et je te les offre gratuitement! Avant tout, arrête de te répéter que novembre c’est le pire mois de l’année – je dois te sembler contradictoire je le sais! Au contraire, c’est le bon moment pour faire face à novembre en ayant des objectifs en poche! Tu peux l’affronter avec un paquet d’activités: faire les grandes expos au musée, étudier dans les plus beaux cafés, profiter des activités de Montréal comme des jeux d’évasion avec tes amis, aller bruncher avec ta grand-mère ou encore t’habiller chaudement pour aller courir. Il y a toujours l’option des soirées dorlotantes en robe de chambre après un giga bain moussant, je te l’accorde!

Malgré la montagne d’étude qui t’attend à chaque jour, c’est important que tu prennes un peu de temps pour toi; que ce soit en voyant tes amis ou en faisant le point sur ton année et de penser à ce que tu voudrais changer. Et si novembre te semble encore trop difficile, malgré tout le frette et la pluie, je te mets au défi de relever trois choses positives de ta journée, aussi petites qu’elles puissent te sembler. Coller ton chat c’est aussi une bonne réponse.

Et n’oublie pas que tu peux toujours en parler. Hésite pas à consulter si tu en as besoin; ça ne peux pas te faire de mal. Non seulement tu peux trouver un psy sur le site de l’Ordre des psychologues du Québec, mais on a aussi un service de consultation exprès pour toi sur le campus de l’UdeM.

The following two tabs change content below.
Camille

Camille

Fan finie de Pink Floyd depuis trop longtemps, je ne pourrai pas non plus vous cacher que j’ai un faible pour la caféine (chocolat inclus). Mon amour pour l’Italie en est partiellement responsable; pour le reste, je n’oserais jamais avouer que c’est pour me garder éveillée en cours à 8h30. Globe-trotteuse à temps partiel, je fais continuellement le plein d’énergie au travers de mes escapades et de mes rencontres, tant à l’étranger que dans mon cher Montréal.
Camille

Derniers articles par Camille (voir tous)

Il n'y a pas de commentaire

Écrire un commentaire