Mon arrivée sur le campus

3 minutes de lecture

« Il faut être voyant, se faire voyant »

– Arthur Rimbaud

Ma première vision : Roger-Gaudry. Mon phare pour les prochaines années. Ma Kaaba, en quelque sorte, autour de laquelle j’effectuerai ma circumambulation, Allahou akbar en moins. Je n’exagère pas en disant cela : j’attendais depuis longtemps mon entrée à l’université, avec grande impatience. Surtout depuis mes deux dernières années de cégep au Collège Ahuntsic en littérature, qui furent un réel supplice. Pourquoi? Pour être bref, je dirai simplement que mes « camarades de classe » se lamentaient lorsqu’un professeur nous assignait du Balzac, du Camus ou du Beckett. Pire encore, une de mes « collègues » considérait Twilight comme un chef-d’œuvre de littérature. En résumé, je n’ai pas aimé ma classe de cégep, qui était la même pour tous mes cours.

Donc, pour répondre de façon sérieuse à votre question, ma vision, elle est toute simple : un arbre (peu importe son essence) sur lequel sont adossés une jolie demoiselle (peu importe son essence) et un joli damoiseau (moi) en train de lire Proust à l’ombre sécurisante du pavillon Jean-Brillant. Je dirais même que c’est plus qu’une vision : c’est un #lifegoal (oui, j’ai une petite addiction aux hashtags).

De façon plus générale (et moins excitante), j’espère sincèrement trouver à l’Université de Montréal les personnes et les outils nécessaires à l’accomplissement de mes rêves. J’en conviens, c’est très quétaine… cela prouve donc que c’est réel!

Et ces rêves que sont-ils? En fait, il s’agit d’un seul rêve, très précis : étudier durant une partie de mes études la littérature à Paris. Quétaine²! QUÉÉÉTAINE! Je m’assume pleinement. Mon livre préféré, c’est Fanfan, d’Alexandre Jardin, qui se résume en quelques lettres : le protagoniste, Alexandre Sauvage, un joli damoiseau, tombe éperdument amoureux de Fanfan, une jolie demoiselle, et décide de la séduire éternellement en s’abstenant à tout prix d’entretenir avec elle des plaisirs charnels (aka : il décide par lui-même de se faire « friend zone »). Mais je m’égare… Donc, comme je disais : Paris. J’ai choisi de m’inscrire à l’UdeM parce que je trouvais que c’était l’université offrant les meilleures possibilités d’échange avec des écoles parisiennes.

J’ai également l’intention de pouvoir utiliser à bon escient mes talents en rédaction grâce aux différents projets offerts aux étudiants, notamment à ceux de mon programme. J’ai effectivement appris, lors de la première rencontre à l’Université, que je pourrais participer à l’écriture de différents projets, comme la revue littéraire Le Pied (son nom est d’ailleurs charmant, à la fois si terre-à-terre et si poétique). J’envisage donc, en plus d’étudier de façon appliquée pour mes différents cours, m’impliquer en ÉCRIVANT le plus possible dans tout ce qui est lié, de près ou de loin, à l’UdeM. En effet, j’adore écrire, mais je n’écris pas pour moi, comme plusieurs le font. Je préfère devoir écrire par rapport à des éléments de la réalité qui m’entourent et en sachant à quel public j’écris. Je crois que les étudiants universitaires sont un public parfait, car ils sont assez vieux pour comprendre tout (enfin…), tout en étant assez jeunes pour avoir un esprit ouvert. En tout cas, j’aime croire que c’est la réalité… C’est pourquoi j’espère de tout cœur pouvoir bientôt dire aux gens que je suis devenu un #YoungRoger !

P.S. : J’adore les sushis, mais je n’en mange plus du tout depuis quelque temps… Il faut parfois faire des choix déchirants dans la vie. Dans mon cas, c’était : sushis ou UdeM. J’ai choisi mon camp.

François  Chénier– Roger collaborateur –
Nouvel étudiant à l’Université de Montréal en septembre 2016

The following two tabs change content below.
Roger collaborateur

Roger collaborateur

Les Roger, c’est la vie étudiante telle qu’on la vit. Quoi de mieux qu’un petit nouveau avec un regard neuf pour vous la faire découvrir. Le temps d’un moment, je suis Roger.
Roger collaborateur

Derniers articles par Roger collaborateur (voir tous)

Il n'y a pas de commentaire

Écrire un commentaire