On a testé pour vous : Pokemon Go à l’UdeM

4 minutes de lecture

Aujourd’hui, j’étais censé écrire un article sur les chats. Étant donné que j’ai passé mes trois derniers jours à chasser des Pokémons, j’ai changé d’avis, et j’me suis dit que ça serait pas mal de vous faire découvrir le jeu et surtout vous montrer les endroits sympas sur le campus pour jouer à Pokémon Go!

J’me suis donc levée ce matin avec la volonté de « catcher » des pokémons et les faire évoluer. C’est devenu mon obsession. À mon réveil, la première chose que j’ai faite a été d’ouvrir le jeu pour voir si l’arène que j’occupais avait été prise. Malheureusement oui. J’ai aussi pu découvrir que le Pokéstop le plus proche était entouré d’un leurre… Ça a pas pris 2 minutes que j’étais déjà en bas, à tenter d’attraper Lippoutou (Jynx).

Après ça, j’ai décidé d’aller sur le campus pour découvrir si des Pokémon ou « pokéstops » se cachaient là-bas :

Premièrement, la route qui va du parc Jean-Brillant au pavillon Jean-Brillant est REMPLIE de Nosferapti ( Zubat). Rien que sur ces 100 mètres, j’en ai eu 5. Ce qui est étrange, c’est que dans le jeu, ce pokémon apparaît surtout dans des cavernes…

Alors oui, tu me diras que les Nosferapti, c’est pas le meilleur Pokémon, mais n’empêche que c’est « ben ben chill » d’en avoir beaucoup quand tu veux les transférer pour avoir des bonbons.

En arrivant au pavillon Jean-Brillant, je suis directement tombée sur un Soporifik (Drowzee), juste en haut des marches. Le plus « nice », c’est quand même sur la Place de la Laurentienne où il n’y a pas moins de 3 pokéstops. Les pokéstops sont souvent associés à des œuvres d’arts, ce qui permet aux joueurs de découvrir de nouvelles structures, peintures, tags… Ce jeu est génial pour découvrir la ville! En tout cas, crois-moi que pendant la semaine de la rentrée, je vais mettre des leurres sur ces 3 pokéstops et « catcher » plein de pokémons! Si tu veux profiter de mes leurres en buvant de la bière, t’es le bienvenu!  Au passage, j’ai aussi trouvé un Rattata sur la Place de la Laurentienne… et je doute que ce soit le seul Pokémon aux alentours.

J’ai continué ma petite marche sur le campus et j’ai trouvé un Aspicot (Weedle) suivi d’un Krabby et d’un Pokéstop, juste en face du pavillon André-Aisenstadt. Au pavillon Claire-McNicolls, je suis tombée sur un Paras et toute une gang de gars en chimie qui étaient en train de faire leur gym. Avec suprise, j’ai constaté que, eux aussi, avait rejoint l’unique team de vainqueurs #teamjaune.

A gauche, un joli Krabby juste en face du pavillon André Aisenstadt. A droite, un Roucoul (Pidgey), surement perdu dans Roger Gaudry.

À la petite gang qu’on était, on a décidé d’aller au pavillon Jean-Coutu où se trouve deux Pokéstops, et de mettre un leurre sur chacun d’entre-eux. On a même réussi à trouver une petite pièce pas trop exposée avec plein de prises de courants à l’intérieur, le rêve de tout Pokemon’s catcher. En rechargeant nos cellulaires et batteries portatives, on a pu attraper toutes sortes de Pokémon. À un certain moment, on a repéré un Rondoudou (Jigglypuff) qui n’était qu’à une seule patte de nous. On est donc parti en expédition pour l’attraper. J’étais tellement concentrée sur mon cell que j’ai pas vu une marche… et je suis tombée, tout en évitant que mon cell ne tombe à terre. Donc c’est ça, j’ai mal.

A gauche, notre chilling spot et un petit aspicot (Weedle) et à droite... ma blessure de guerre. Attraper des pokémons, c'est aussi physique!

Après avoir chillé 1h à Jean Coutu, on a décidé d’aller à la maisonnée, qui est entourée de 3 pokéstops. Entre temps, on s’est arrêté au Parc Jean Brillant pour prendre d’assault un gym, puis on est allés jusqu’au 3744 Jean Brillant, le pavillon d’optométrie, pour chasser quelques autres pokémons. J’ai réussi à pogner un Soporifik (Drowzee)!

Notre soirée a fini ben relax à La Maisonnée, entouré de Pokéstops leurrés… sans plus aucune Pokéball. Au moins maintenant, j’ai un Pikachu.

The following two tabs change content below.
Kim

Kim

Perdue sur une île dans le Pacifique, je me suis soudainement retrouvée calédonienne à Montréal. J'ai déballé toute mon énergie à comprendre tout ce qui m’entourait et repérer les meilleures places à sushi. J'ai appris à faire ma lessive, payer mes factures et faire un budget pour les repas sushis. Accro aux sushis et allergique à l’inaction, j’essaye d’équilibrer ma vie entre études, relations sociales à la maisonnée, association étudiante et mon chum (et les sushis, mais je crois que je me répète).
Kim

Derniers articles par Kim (voir tous)

1Commentaire
  • Jerr
    Posté à 16:57h, 14 juillet Répondre

    #Team Jaune!

Écrire un commentaire