Top 10 des règles non écrites à Montréal

5 minutes de lecture

Pour les nouveaux arrivants à Montréal, ou même pour ceux qui y habitent depuis longtemps, il y a certaines petites choses qui demeurent importantes à garder en tête. Mon but n’est pas de vous faire rager contre ceux qui le font, mais bien de vous rappeler de faire attention pour vous éviter des situations plus ou moins agréables.

 1. Enlever son sac à dos ou son sac à main de 15 lbs dans les endroits restreints

Particulièrement à l’heure de pointe. Je ne dis pas que si tu es le ou la seule dans le wagon de métro ou si l’autobus n’est pas bondé, mais règle générale, il vaut mieux tenir le sac entre ses jambes, par terre ou encore de le mettre sur ses genoux si on a la chance d’être assis. Il n’y a rien de plus désagréable que d’être coincé entre un sac à dos rempli et une sacoche qui déborde, surtout quand le ou la propriétaire te fusille du regard alors que tu essaies de te faire une couette parce qu’il fait chaud et que tu les accroches subtilement.

2. Faire la file pour attendre l’autobus

Un classique vous allez me dire. Je sais qu’ailleurs dans le monde la coutume n’est pas la même, mais ici, on respecte l’ordre du « premier arrivé, premier servi ». Que tu sois saoul à quatre heures du matin ou que tu sois pressé d’aller à tes cours, bien que la file soit longue, s’il te plait, va te mettre au bout. Parce que je peux te garantir que l’ensemble des gens qui attendaient avant toi ne seront aucunement contents que tu les dépasses.

3. Dépasser les gens dans les foules pour avoir un meilleur spot 

Je sais, c’est ton groupe préféré et tu es un fan fini. Malheureusement, ça m’est égal, parce que moi aussi je trippe ben gros sur lui. J’ai fait la file avant d’entrer sur le site s’il y en avait une et j’ai attendu sur place peut-être 2 heures ou plus dépendamment des gens attendus. Et il y a toi, qui arrive tout bonnement après que le show soit commencé, et qui vient se planter devant moi pour avoir une meilleure vue? NOT. Arrive d’avance et respecte la foule, sinon, écoute les chansons sur ton Ipod.

4. Ne pas rester planté devant les portes d’un établissement

Tu sors de la banque après avoir encaissé ton joli chèque de paye et tu t’arrêtes tout bonnement (encore une fois) tout juste après avoir passé les portes pour penser à tes prochains projets de voyage ou encore pour texter. NOT. Personnellement, ça m’arrive de ne pas être complètement consciente de mon environnement et d’accrocher des gens sur la rue. Mais si tu sors d’un bâtiment, des toilettes ou même d’un ascenseur, prends quelques secondes pour te tasser du chemin afin de laisser les prochains entrer.

5. Rester à droite dans l’escalier roulant

On a tous des journées où on est fatigués, ou encore des problèmes de hanches qui nous empêchent de monter des marches. Je comprends. Mais si aujourd’hui tu n’es pas en mesure de les monter, ou si tu croises ton ami et que tu veux jaser, range-toi à droite. Il y a des gens qui veulent monter leurs marches ou encore attraper leur autobus à temps. Et toi, tu pourras prendre la montée relaxe sans avoir à te préoccuper des propos de ceux qui seraient sinon, bloqués derrière toi.

6. Marcher à droite sur le trottoir

Et oui! Encore à droite! L’affaire, c’est que c’est valable un peu partout : sous terre dans le métro, dans les corridors à l’université, sur les trottoirs et même dans les rangées à l’épicerie. Pour ceux qui sont pas trop alertes avec ce qui se passe autour d’eux, ce conseil vous évitera des collisions non nécessaires, des saignements de nez qui tacheraient votre belle chemise blanche et des commentaires désobligeants.

7. Ne pas circuler en auto l’été

Si vous venez de l’extérieur de l’ile et qu’il vous est obligatoire de venir en auto, c’est tout de même à vos risques. Montréal est reconnue pour les chantiers de construction interminables et pour ses nombreux festivals qui barrent les rues en plein été. Oui, on aime ça les festivals à Montréal! Le Jazz prendra la place des Francos dans quelques jours et une portion de St-Laurent était barrée pour le Grand-Prix et pour le Festival Mural. Mais pensez à tous les festivals… qui s’en viennent! Bonne chance! Plus, la construction est un peu comme la mauvaise herbe; il y en a partout, tout le temps. Je ne veux pas faire de pub pour la STM ni pour BIXI, mais il y a d’autres façons de s’arranger.

8. Écouter de la musique sans écouteurs

Ça m’arrive d’être obsédée (ou presque) par une chanson, par une journée ensoleillée et de vouloir l’écouter sur repeat sans arrêt dans la douche, pendant que je mange et lors de mes déplacements pour aller à la job. Et je te comprends : si je passe une journée sans écouter de la musique, je deviens marabout. Mais le petit détail important, c’est les écouteurs. Parce que les gens autour de toi sont peut-être en conversation ou encore qu’ils adorent écouter le chant des oiseaux alors qu’ils marchent. Peu importe leur motif, il n’y a rien de mieux qu’une situation WIN-WIN. Tu écoutes ta musique (avec des écouteurs) et les gens autour de toi peuvent continuer à vivre leur moment présent, sans être dérangés par Justin Bieber ou Black Sabbath.

9. Ne pas rouler en vélo sur le trottoir

Les pistes cyclables ont été inventées pour augmenter la sécurité des cyclistes. Non seulement pour eux, mais aussi pour les piétons. Je ne pense pas seulement à ma grand-mère ou à mon petit cousin qui marche depuis 1 an, mais à n’importe quel piéton qui marche où il a sa place. Les autos sont dans la rue, les cyclistes, sur les voies ou les bandes cyclables (dans la rue dans le sens de la circulation) et les piétons sur les trottoirs. De toute façon, si la police te coince, tu auras droit à une belle amende allant de 15 $ à 30 $. Tu as beau dire que 30 $, tu fais ça en moins de 3 heures de job, tant mieux pour toi. Mais moi je dépenserais ce 30 $ dans des tapas et de la sangria sur Mont-Royal avec mes amis pendant que tu es coincé par ta contravention. OLÉ!

10. Ne pas conduire son scooter sur les pistes cyclables

Appelle ça un cyclomoteur, une mobylette ou un scooter, c’est la même chose. Je viens tout juste de mentionner à quel point c’est désagréable d’avoir un conducteur qui n’est pas à la bonne place. C’est aussi valable pour la sécurité. Celui à vélo a plus de chances d’être blessé que toi. Alors s’il te plait, reste sur la rue, en dehors des voies réservées pour les cyclistes. Et j’espère ne pas avoir à préciser pour les trottoirs…

Et pour tous ceux qui auraient d’autres idées de « règles non écrites à Montréal », laissez-vous aller dans les commentaires!

The following two tabs change content below.
Camille

Camille

Fan finie de Pink Floyd depuis trop longtemps, je ne pourrai pas non plus vous cacher que j’ai un faible pour la caféine (chocolat inclus). Mon amour pour l’Italie en est partiellement responsable; pour le reste, je n’oserais jamais avouer que c’est pour me garder éveillée en cours à 8h30. Globe-trotteuse à temps partiel, je fais continuellement le plein d’énergie au travers de mes escapades et de mes rencontres, tant à l’étranger que dans mon cher Montréal.
Camille

Derniers articles par Camille (voir tous)

Il n'y a pas de commentaire

Écrire un commentaire