10 signes que l’été est enfin arrivé

6 minutes de lecture

L’été au Québec, c’est un peu l’événement le plus attendu de l’année. On sort de 6 mois de froid, de neige et de manteaux et on apprivoise petit à petit les shorts, les gougounes et la crème solaire. Pour fêter ça, Marie-No et Kim ont fait un top 10 des signes qui leur annoncent l’arrivée de l’été. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elles sont différentes…

Qui dit été dit soleil, qui dit soleil dit moins de foulards pour Marie-No! Malgré que jeudi passé, il faisait tellement froid que j’ai dû les ressortir… Bon il est vrai que pendant 5 jours sur les 365, je me sens en été.

1. Je sens l’arrivée de l’été quand j’ai enfin fini les cours. Non mais vraiment, il n’y a rien comme ce beau feeling d’avoir enfin fini son année! T’sais ce beau moment où tu as fini tous tes examens? Ce moment où tu n’as plus de lectures imposées? Ou tu peux enfin regarder tout ce que tu veux sur Netflix sans te sentir coupable? Ouais, pour moi c’est ce qui annonce avant tout l’arrivée de l’été. Désolée pour ceux qui ont des cours d’été…

2. Je sens l’arrivée de l’été quand je peux enfin passer du bon temps dans un parc sans avoir froid et devoir rentrer rapidement. Que ce soit pour faire un pique-nique, pour lire au pied d’un arbre ou pour tout simplement me promener en amoureux sans devoir traîner une veste, c’est à ce moment où je me dis « oh yeah! On est en été »!

3. Je sens l’arrivée de l’été quand je peux enfin répondre à l’hôtesse au resto : « Sur la terrasse s’il vous plaît ».

4. Je sens l’arrivée de l’été quand je peux déguster mes crèmes glacées préférées sans geler et devoir apporter 38 napkins pour tenir mon petit pot en m’assurant que mes doigts ne souffrent pas d’engelures.

5. Je sens l’arrivée de l’été quand des avenues ferment la circulation aux automobilistes pour nous permettre de découvrir les merveilles de leurs artisans et de leurs commerces. En passant, pendant que je marchais à la foire commerciale sur l’avenue Mont-Royal la fin de semaine passée, c’est à ce moment que je me suis vraiment sentie en été. Mieux encore, avec toutes les découvertes que j’ai faites, je me sentais un peu en voyage… (Si tu la manquée, il y en aura une autre du 25 au 28 août!)

Photo : page Facebook L'Avenue du Mont-Royal

Cette année, j’ai décidé de rester à Montréal pour pouvoir profiter de l’été. Vous êtes drôles en pensant qu’il fait chaud, mais personnellement, votre été ressemble à l’hiver chez moi. En tout cas. J’ai quand même réussi à relever quelques signes qui me font sentir en été, donc je vais continuer la liste de Marie-No en vous proposant MA version des choses.

6. On voit des pieds. Des fois, ce sont de beaux pieds avec du vernis, bronzés pis tout le kit avec la bague d’orteil en supplément. Mais des fois… ce sont des pieds trop blancs, un peu poilus et qui n’ont pas l’air d’être familiers avec le savon. Et ça me stresse. J’veux critiquer personne là, c’est ben correct d’être blanc-transparent, j’le suis. Pis c’est correct d’avoir des poils, on est humains là. Mais s’il te plaît, si tu mets des gougounes, lave le petit espace entre tes orteils. C’est rapide, sans douleur et tu te sentiras mieux.

7. Les festivaaaaaaals. J’aime la musique, j’aime l’alcool (à consommer avec modération évidemment), j’aime chiller. Et l’été, mes 3 passions se réunissent dans un seul et même type d’événement : le festival. Alors quand je vois que les programmations sortent, quand je vois les concours « gagne deux places pour [insérer ici un nom de festival cool » sur Facebook, mon petit coeur s’emballe et je souris. Et là, j’me sens en été. Au passage, j’veux pas te rendre jaloux(se) ni rien là, mais j’vais au ROCKFESSSTTTTTTTTTT. J’capote un peu. Juste un peu. Ça va bien aller.

Photo : page Facebook d'Île Soniq

8. Les couples. Après s’être cachés durant l’hiver, ils sortent telles des brebis quand le soleil revient. Je m’inclus là dedans hein, j’me trouve insupportable à aller pique-niquer avec mon chum, où est-ce que j’ai cru qu’exposer mon bonheur était cool hein?! En tout cas, quand je vois tous ces couples partout, ça me rappelle que l’été est arrivé et ça, c’est plutôt sympa.

Moi pis mon chum. Insupportables j'vous dis.

9. Les millions de publicités pour inciter les gens à préparer leur beach body en mangeant des carottes et en s’entraînant 40 fois par semaine. Ark. Juste ark. Check ça : t’es magnifique. Que tu pèses 120 ou 300 livres, t’es beau, t’es belle en maillot. T’as pas besoin de manger des carottes pis de t’entraîner chaque jour parce qu’on te dit de le faire. Fais ce que tu as ENVIE de faire. Ton beach body, c’est celui dans lequel tu te sens bien. Alors, si tu aimes t’entraîner et manger sainement, bravo! C’est difficile d’avoir un régime de vie sain, et tu peux être fier(e) de tes efforts! Si tu préfères les sushis et boire d’la bière, t’es correct aussi. J’SUIS CORRECT OK. Bref, cette obsession du « corps parfait » sur la plage, ça me rappelle l’été, mais je trouve ça nul pareil.

10. La musique. J’ai un petit secret assumé : j’adore la musique commerciale. Oui, celle qui passe à la radio et que tout le monde critique, bah moi je l’aime. L’été a l’air d’inspirer pas mal, parce que y’a toujours plein de hits qui sortent et qui deviennent les « chansons de l’été ». Tu sais, celles que tu mets comme trame sonore de ta vidéo qui résume ton voyage. Celle que tu chantes à tue-tête dans ta voiture avec ta meilleure amie. Celle que t’écoutes un peu trop. Celle qui te fait un peu pleurer, un peu rire. Celle qui te fait avoir le cœur tout bizarre parce qu’elle te rappelle des souvenirs inoubliables…

Bref, j’adore ça, la musique. Ça rythme ma vie, encore plus l’été. J’ai le goût de te faire partager un peu ce que j’écoute, alors je vais mettre en dessous ce que j’écoute en ce moment même, en écrivant ces lignes. En espérant que ça te plaise…

The following two tabs change content below.
Marie-Noël

Marie-Noël

Être humain frileux paradoxal à mi-chemin entre la boule d'énergie ambulante et la « freak » organisationnelle, j'adore parler... beaucoup... tout le temps. Impliquée à 100% dans tout ce que j'entreprends, lorsque je sors du campus de Montréal j’enfile mes 37 foulards et cours vers la ville lointaine de Laval pour rejoindre la chorale de ma communauté. Entre un Do dièse et un Ré, j'engendre les fous rires et mets de l'ambiance dans l'atmosphère souvent trop calme à mon goût. Je continuerais bien à écrire, mais on m'a dit max 75 mots.
Marie-Noël

Derniers articles par Marie-Noël (voir tous)

Il n'y a pas de commentaire

Écrire un commentaire